Boston rejoint Cleveland sur le toit de la Conférence Est

Malgré un Dario Saric et un Joel Embiid à 27 points chacun, les Sixers de Philadelphie se sont inclinés face aux Celtics de Boston 112-114 au TD Garden. Face à l’insouciance et la jeunesse, c’est l’expérience qui a gagné et qui permet à Boston de retrouver, comme l’année dernière, les Cavaliers d’un certain LeBron James en finale de conférence est. Porté par un Jason Tatum à 25 points et un Jaylen Brown à 24 points, Boston a évité que la série contre Philly se prolonge et peut se préparer sereinement, avec quelques jours devant eux, à la suite des Playoffs. Cependant, tout n’a pas été simple dans le match de cette nuit. Décryptage.

1er quart-temps : 

Avec un public celte gonflé à bloc, les 2 premières minutes du mach annoncent à la couleur : ce sera intense et agressif. Titulaire d’entrée T.J. McConnelle incarne la défense rigoureuse des Sixers et joue le rôle de chien de garde de Rozier. S’il y a peu d’arrêt de jeu, Ben Simmons distribue très bien le jeu de Philly tandis qu’Embiid, toujours gêné par son masque, est maladroit et que Reddick et Covington sont dans le creux de la vague. A la fin des 12 minutes réglementaires, c’est Boston qui mène 25 à 24.

2ème quart-temps :

Alors que le jeu se tourne vers la peinture dès l’entame de ce quart-temps, Embiid se réveille peu à peu avec sa puissance tandis que Tatum lui répond, coup par coup, tout en toucher. Pourtant, ce sont les « roles players » qui vont s’illustrer dans cette seconde partie de la 1ère mi-temps : Baynes se montre utile en convertissant des secondes chances du côté de Boston alors qu’Ilyasova fait parler son vice avec des passages en force provoqués, des bons écrans et un vrai sens du sacrifice pour les Sixers. Du côté des anciens, si Reddick passe, encore une fois, au travers et montre des signes de frustration, Al Horford démontre toute sa classe à chacune de ses entrées avec beaucoup de propreté techniquement et un boulot défensif intéressant sur Embiid. De ce fait, les celtes créent un petit écart en fin de quart-temps grâce aux erreurs des Sixers et ce 2ème quart-temps ce conclu avec une avance de 9 points de Boston sur un gros shoot de Rozier à 3 points : 61 à 52.

3ème quart-temps : 

C’est le quart-temps de la soirée et il se caractérise par un gros rythme imprimé dès le début de celui-ci ! Tandis que Jaylen Brown se montre de plus en plus actif, c’est un duel entre rookies qui anime ce début de quart-temps, d’un côté la technique de Tatum, de l’autre la puissance de Simmons. Alors que Philadelphie perd beaucoup de ballons (déjà 10 ballons perdus à ce moment du match), le coach Brett Brown tente le pari Justin Anderson, qui se révèle intéressant, mais parfois à la limite de l’anti-jeu avec une agressivité permanente. Finalement, c’est Jo Embiid qui entame un gros chantier et qui prend les choses en main, aussi bien défensivement qu’offensivement, ce qui permet à son équipe de revenir à 1 longueur de son adversaire à la fin du quart-temps : 83 à 82 pour les Celtics.

4ème quart-temps : 

Si les Sixers montent en régime au point de passer devant au niveau du score à 9 minutes de la fin du match (90 à 88), Boston ne perd pas son sang-froid, à l’image d’un Horford essentiel dans les moments chauds. Les fautes deviennent alors de plus en plus nombreuses, au point que les équipes se retrouvent rapidement dans le bonus alors qu’il reste encore 5 minutes à jouer. Les 2 équipes sont au coude-à-coude, le public est en feu, l’atmosphère devient de plus en plus irrespirable. Alors que Reddick est ciblé par la défense des locaux, c’est Saric qui maintient son équipe en vie et les 2 équipes reprennent, tour à tour, l’avantage au score. Finalement, dans une fin rocambolesque avec de la grosse défense de chaque côté, la roulette russe des lancers francs et des coups de poker des coachs, c’est Boston qui remporte cette rencontre et qui retrouvera les Cavaliers de Cleveland en finale de conférence est.

Si les fans de Philadelphie doivent être déçu de cette série qui se conclu par un 4-1 sévère en faveur de Boston, ils peuvent toutefois se réjouir : la balle orange est de retour du côté de leur franchise mythique et l’avenir leur appartient !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s