Le collectif de Boston domine un LeBron James monstrueux

Mais quelle équipe ! Face à un LeBron James en triple-double (42 points, 12 passes décisives et 10 rebonds) et un Kevin Love fringant (22 points et 15 rebonds), c’est Boston, avec un Jaylen Brown époustouflant (23 points et 7 rebonds), qui remporte le Game 2 au TD Garden. Jeu collectif léché, envie débordante et rigueur défensive, les celtes ont su maîtriser les Cavaliers et iront à Cleveland sans pression, mais avec beaucoup de certitudes. Décryptage, quart-temps par quart-temps.

Quart-temps 1 : 

C’est dans une belle ambiance, mais avec un peu de déchets, que débute le Game 2 entre Boston et Cleveland. En véritable leader, c’est Al Horford qui montre l’exemple avec de l’agressivité des deux côtés du terrain, nous gratifiant d’un contre sur George Hill et d’un gros dunk sur la tête de Tristan Thompson. Toutefois, il a un client de taille face à lui : LeBron James en personne. Ce dernier, qui a le couteau entre les dents après un Game 1 décevant, enfile les 3 points et met son équipe sur les bons rails. S’il y a beaucoup d’envie et d’intensité dans ce match, cela part parfois un peu dans tous les sens. Alors que la connexion LBJ-Love se met doucement en place, le premier mentionné fait parler sa domination physique pour aller vers le cercle et chercher des fautes. A noter, et c’est une nouveauté pour les 4ème de la conférence Est, les Cavaliers font preuve d’une bonne volonté en défense, avec Tristan Thompson en tête qui est intéressant, aussi bien dans son rôle de protecteur du cercle que dans sa mobilité. Si « The Chose One » (21 points dans le 1er QT) est tout simplement monstrueux en ce début de match en marquant dans toutes les positions imaginables, Jaylen Brown (14 points) lui tient tête et permet aux Celtics de rester en vie. Cependant, il est un peu seul et son compère d’attaque, Jason Tatum, a quant à lui des difficultés à entrer dans le match. De ce fait, ce sont les joueurs de l’Ohio qui mènent de 4 points (27 à 23).

Quart-temps 2 : 

Toujours avec une grosse intensité physique, comme le démontre un duel au sol épique entre Larry Nance Junior et Aron Baynes, c’est Kyle Korver qui prend les choses en main dans le début du quart-temps alors que LeBron James est sur le banc. En face, les celtes se distinguent par leur bonne défense et par un Jason Tatum qui se met à scorer à tout-va, nous dévoilant toute sa palette offensive diversifiée au passage. Si Kevin Love monte petit à petit en régime, ce n’est pas le cas de Terry Rozier qui est dans le dur dans ce quart-temps. Puis, tout la population de l’Ohio retient son souffle : K.O après avoir pris l’épaule de Jason Tatum dans la machoire, LBJ rentre aux vestiaires. Heureusement, plus de peur que de mal, puisqu’il revient rapidement sur le parquet et son équipe a un bien meilleur visage que celui affiché au Game 1. Alors que le numéro 23 des Cavs excelle dans l’organisation, mais a des difficultés aux lancers-francs, de l’autre côté Marcus Smart montre les dents après avoir reçu un choc sur le genou. Résultat de ces 12 minutes : 55 à 48 pour Cleveland porté par un LeBron James à 25 points à la mi-temps.

Quart-temps 3 : 

Face à des Cavaliers perdant beaucoup de ballons et faisant des erreurs défensives anodines, c’est Terry Rozier qui enfile le costume de sauveur et qui permet à son équipe de recoller au score, puis de prendre l’avantage, le tout devant un public qui joue parfaitement son rôle de 6ème homme. Le constat est glaçant : un LBJ passif en défense et un J.R. Smith catastrophique face à des Celtics qui impriment une grosse intensité physique, à l’image d’un Marcus Morris dans un rôle d’energizer et qui n’hésite pas à provoquer Tristan Thompson. Si Love, déjà en double-double, se comporte en bon lieutenant qui apporte du scoring, c’est la défense des celtes qui s’illustrent et Boston prend petit à petit le contrôle du match. Au terme de ce quart-temps, ce sont bien les locaux qui mènent 84 à 77.

Quart-temps 4 : 

Alors que LeBron James est sur le banc en début de quart-temps, les Celtics en profitent pour prendre 11 points d’avance et avec la manière, puisque les hommes de Brad Stevens pratique un beau basket. Toutefois, le match devient un peu brouillon à cause du déchet offensif des deux équipes et dans ce léger marasme, c’est Marcus Smart qui tire son épingle du jeu : en tant que guerrier celte, il s’arrache sur chaque ballon et est un véritable 3ème poumon pour son équipe ! De ce fait, les joueurs de l’Ohio sombrent peu à peu, avec d’abord des mauvais choix, puis, à cause de la frustration, avec une grosse faute de J.R Smith sur Horford qui récoltera, et c’est mérité, une faute flagrante pour son mauvais geste. Justement, c’est à ce moment précis qu’Al Horford décide de sortir de sa boîte et de prendre les choses en mains, permettant à son équipe de franchir le seuil des 100 points. Malgré un LBJ en triple-double, le TD Garden confirme sa réputation de forteresse puisque Boston remporte le match 107 à 94 et ce sont bien les Celtics qui iront à Cleveland avec un avantage de 2 matchs à 0 ! Honnêtement, qui l’aurait crû il y a encore quelques semaines ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s