La fin du romantisme ?

Cataclysme. Ce jeudi, lors d’une conférence de presse, le portier Gianluigi Buffon a annoncé son départ de la Juventus en fin de saison. Après 17 ans de bons et loyaux services, le légendaire gardien de but quittera les bianconeris après le match de ce samedi. Cependant, il n’est pas pour autant sûr de prendre sa retraite. En effet, l’homme aux 176 capes en sélection italienne a annoncé qu’il avait reçu des offres alléchantes, qui pourrait lui permettre de ne pas raccrocher tout de suite les gants. Alors qu’on croyait tous que « Gigi » prendrait sa retraite sous le maillot de la Juve, il n’est pas impossible que celui-ci porte un autre maillot avant de tirer sa révérence. Perturbant ? Oui, mais ce n’est pas un cas isolé, malheureusement.

italy-qualifier-sweden-second-2018-world-play_f23b59a2-e97b-11e7-ad70-11504944e689

En effet, un autre virtuose des années 2000, qui a évolué au milieu de terrain du côté de la Catalogne, va aussi quitter son club en fin de saison, alors que beaucoup pensaient qu’il prendrait sa retraite avec son équipe de toujours : Andrès Iniesta. Contrairement au gardien italien, qui a entamé sa carrière à Parme et qui a rejoint la Juve en 2001, le numéro 8 barcelonais a passé toute sa carrière au sein du même club, y compris dans les classes de jeune : le FC Barcelone. Ainsi, comme son ancien compère Xavi, parti au Qatar au Al Sadd SC en 2015 après 17 ans à Barcelone, Andrès Iniesta revêtira dès cet été un nouveau maillot, très certainement d’un club chinois ou japonais. Et comme pour le cas de son fidèle ami, ce n’est certainement pas pour l’aspect sportif.

 

Phénomène à la mode depuis la fin des années 2000, l’exil vers des continents étrangers pour les joueurs en fin de carrière est de plus en plus fréquent, pour la plus grande tristesse des sentimentaux du football, comme je le suis. Entre importance de l’aspect financier et envie des dirigeants de tourner la page, ce sont les grandes institutions (les grands clubs) du football qui en souffre et pose, en fond, une question inquiétante : est-ce la fin du romantisme pour le football que l’on affectionne tant ?

Steven Gerrard's final match at Anfield

Tu as aimé cet article et tu veux m’aider à faire vivre ce site ? N’hésite pas à faire un petit don alors !

Malgré des milliers de vues par mois et un plan Premium sur WordPress, je n’ai récolté que quelques centimes après plusieurs mois de travail et de nombreuses heures passées derrière mon écran avec mon petit blog. Du coup, si tu as envie de m’aider à faire vivre ce site tout en me permettant de gagner un peu ma croûte avec, j’ai mis en place ce petit système de dons qui, bien entendu, n’est pas obligatoire. La bise !

€1,00

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s