Clown, l’amusement tourne au cauchemar

Lorsque le clown engagé pour animer l’anniversaire de son fils leur fait faux bond, un père de famille doit prendre la relève et lui-même revêtir un déguisement de clown pour assurer le spectacle. Mais très vite, il réalise que le costume est devenu une seconde peau dont il ne pourra se débarrasser. A moins d’accomplir une mission macabre… (source : Allociné)

Si vous avez des enfants, gardez-les loin de ce film, le personnage principal est un clown qui dévore de la jeune progéniture et si vous pensiez que les clowns sont démoniaques, laissez-moi vous dire que vous n’avez jamais aussi bien pensé. Trêve de bavardage, Clown est à ranger dans les bons films d’horreur de ces dernières années, plus précisément dans ces films où l’horreur ne dénature pas l’histoire de fond, du moins ne la placardise pas au dernier rang.

clownd.jpg

Vous l’aurez compris, Clown est un bon film, qui s’amuse à jouer autant sur l’horreur et le gore que sur l’amour et le désespoir. Clairement, c’est le coup de force de ce film : terrifier mais émouvoir. C’est fort, très fort. Bien que je ne sois pas le plus grand amateur de film d’horreur, celui-ci m’a transporté. Ça a dû parler à l’enfant qui sommeille en moi et qui n’a jamais aimé les clowns, car oui, le clown de ce film ne va pas vous faire rire. Loin de là.

7f8321a2b0359c6baf295f2cecef157287b85250clown-003

Si je devais retenir une chose de ce film, je dirai le travail fait sur la transformation du clown, un travail impressionnant qui permet de marquer des actes dans le film et de situer le spectateur face à l’intrigue. En réalité, à travers cette transformation, je tire tout simplement mon chapeau à la réalisation, qui tout en sobriété, assure un très beau spectacle. Pas besoin de mille effets spéciaux, un peu de maquillage, une bonne musique, de bons acteurs (et actrices) et le tour est joué !

 

Clown-620-newThe_Cloyne

Finalement, et c’est peut-être ce qui m’a le plus plût, c’est que l’horreur n’a jamais été aussi humaine avec ce film. A travers Kent (le personnage principal), de nombreuses thématiques sont évoquées, telles que le rejet, la peur, l’envie de protéger sa famille ou encore la perte de repères.

Malheureusement, parce qu’il faut toujours un hic sinon le cinéma ne serait pas celui qu’on connaît, le film perd parfois en tension, principalement à la fin de la première heure du film (film qui dure 1h39 au passage), acte où Kent fait face au monstre qui le possède peu à peu. Le film traîne un peu en longueur, au point que le spectateur se questionne un peu sur la tournure du film. De plus, à titre personnel et cela peut paraître un peu fou, je trouve que Clown est parfois trop direct, du moins pas assez terrifiant. Trop prévisible ou tout simplement parti-pris de la réalisation ? Je ne saurai vous dire, mais je peux assurément vous conseiller ce film, bien qu’après le visionnage de celui-ci, vous ne verrez plus les clowns de la même manière. Place à l’horreur.

eecd66f99151f06c42911887bdfac1448e0ab696_hqob_99e8a4_441987-jpg-r-1280-720-f-jpg-q-x-xxyxx

 

Publicités

2 commentaires sur “Clown, l’amusement tourne au cauchemar

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s