Kill Ratio, le film d’action bête et méchant

Se faisant passer pour un commercial télécoms en voyage d’affaires, un agent de la CIA lutte pour sauver d’un putsch militaire une jeune démocratie d’Europe de l’Est (source : Netflix).

Retour aux années 80′… Non, ce n’est malheureusement pas la décennie dans laquelle se situe l’histoire du film, mais bien l’ambiance qui règne autour de Kill Ratio. Au programme, on a le droit au gentil cow-boy américain qui vient sauver une tentative de démocratie dans l’Europe de l’Est face aux méchants soviétiques. Niveau propagande subliminale, j’ai connu mieux. Si ce film aurait fait un tabac dans les années 80′, il se révèle être gras et ridicule en 2018. Il serait peut-être temps de dire aux américains que la Guerre Froide est finie depuis bien longtemps. Si Paul Tanter (le réalisateur de ce film) avait besoin d’être rassuré, il suffisait de demander : une petite caresse sur la tête saupoudrée d’un petit « mais oui mon petit, les américains sont des héros ne t’inquiète pas, tout le monde te crois » aurait suffit, pas besoin d’en faire un film voyons.

guerra_fria

Finalement, et c’est le plus déplorable dans cette histoire, c’est que ce n’est même pas un film d’action bien réalisé. En effet, les faux-raccords sont multiples et niveaux effets spéciaux, un enfant avec un site de montage ferait des explosions plus réelles. En d’autres termes, voici un film cliché bas de gamme, donc autant vous dire que l’heure et demi de film a été longue. Très longue. En même temps, suffit de voir la pochette du DVD pour se fait rapidement une idée…

972b4451c1ab777931fcfcd07b781cb3.jpg

Niveau acting, ce n’est pas vraiment mieux. Si Tom Hopper (le personnage principal) délivre une prestation tout juste correcte, que dire de l’héroine Gabriella qui est interprétée par Amy Huberman… Sans vouloir être méchant, vous savez que je suis franc et je compte le rester, même avec une jolie femme. Concrètement, je ne me souviens pas avoir vu une prestation aussi ridicule que la sienne dans un film. Totalement hors-sujet et pas dans le rythme, elle est effacée et chaque apparition à l’écran de sa part s’accompagne d’un sourire de gène pour le spectateur. Pourquoi ? Parce qu’on n’y croit pas, autant dans les scènes d’action que dans les scènes sentimentales. Oui, c’est nul.

5824f963c7480e44b98f0163_o_U_v1KILL RATIO, AMY HUBERMAN, 2016. PH: BERNARD WALSH/© XLRATOR MEDIA

S’agissant des soviétiques, et non des russes puisque, dans sa tentative de film politique, notre cher ami Paul Tanter n’a pas osé mettre un nom sur les lieux, on est dans le crépuscule de la comédie. Entre le message démocrate de résistance qui fait dans le vu et le revu, au point de devenir loufoque et insignifiant, et les méchants soviétiques aux accents prononcés, tout y est. Heureusement, les gentils américains ont envoyé un agent de la CIA pour sauver la démocratie…

Kill.R10maxresdefault

Je vous passe les clichés, une pseudo-intrigue insignifiante et la morale à deux balles que nous propose le film afin de passer au propos le plus important de cette chronique : ne regardez pas Kill Ratio et évitez, comme vous le pouvez, les films politiques. En 2018, je pensais que le cinéma était enfin loin de tout ça. Je me suis planté et rien que pour cela, je vous déconseille ce film. A moins que vous n’ayez un goût prononcé pour les navets, n’est-ce pas Tom ?

Kill-Ratio-Photo-6.png

 

 

 

 

Publicités

2 commentaires sur “Kill Ratio, le film d’action bête et méchant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s