Last Knights, force et honneur

Un guerrier se rebelle contre un dirigeant corrompu et sadique dans le but de venger son maître déshonoré (source : Allociné).

Que c’est bon ! Contrairement au film de ma dernière chronique, c’est un film d’action avec une bonne histoire. Ou plutôt un bon film d’action avec une histoire. Enfin, ces deux formules s’appliquent parfaitement pour décrire Last Knights. Pas besoin d’argent, de femmes à moitiés nues ou de grosses voitures, il suffit d’une épée et de quelques bonnes lignes scénaristiques pour faire un bon film. Force et robustesse comme dirait l’autre.

image_tech_A_0206113316TLKLH_D41-6984.CR2

En terme d’acting, si Morgan Freeman (Bartok) et Aksel Hennie (le ministre) sont à la hauteur, que dire de Clive Owen (Raiden, le personnage principal)… Dans le bon ton durant tout le film, il est à l’image de ce dernier : sobre et puissant. Comme lors du visionnage d’Anon, j’ai été conquis.

Concernant la réalisation, c’est du tout bon aussi. Les décors sont bons, les combats sont prenants, l’ambiance colle parfaitement à l’époque et j’ai particulièrement apprécié les prises de risque. En effet, la réalisation s’est laissé tenter par quelques petits paris. Ainsi, à titre d’exemple, aucune musique n’accompagne le combat final, seul le bruit des coups d’épées se fait entendre. Réaliste et épique, ni plus ni moins.

Last_Knights13G8tfa

Alors que Last Knights dure 1h55, il m’a paru court, et pas seulement parce que je l’ai apprécié. En effet, s’il relate une époque sombre et parfois presque soporifique, le rythme est bon. Aucun ennui pour le spectateur, du bon divertissement en somme. 

Autre bon point, loin d’être négligeable dans un film d’action, le « méchant » n’est pas un simple personnage. En effet, des enjeux sont développés autour de lui et il occupe une part importante à l’écran. Entre folie, ambition et tyrannie, notre cher ministre est aussi détestable que malfaisant. En d’autres termes, un bon « méchant » comme on les aime.

lastknight (17)last-knights-3

Enfin, outre une morale intéressante, Last Knights délivre une parfaite représentation de la société de l’époque et de ses vices. Entre hiérarchie sociale et escroqueries, les thématiques et enjeux de cette époque sont très bien expliqués, permettant de ne pas perdre le spectateur face à une ère mystérieuse pour beaucoup d’entre nous. Bravo au réalisateur (Kazuaki Kiriya) pour le bon travail de fond fourni.

Ainsi, comme vous vous en doutez, j’ai particulièrement aimé ce film et je vous le conseille. Pour moi, son seul défaut réside dans le fait que je n’en avais jamais entendu parler avant de tomber dessus sur Netflix. Parlez en autour de vous, il vaut le coup. Je vous laisse, je vais me commander une armure sur Internet.

172924

Tu as aimé cet article et tu veux m’aider à faire vivre ce site ? N’hésite pas à faire un petit don alors !

Malgré des milliers de vues par mois et un plan Premium sur WordPress, je n’ai récolté que quelques centimes après plusieurs mois de travail et de nombreuses heures passées derrière mon écran avec mon petit blog. Du coup, si tu as envie de m’aider à faire vivre ce site tout en me permettant de gagner un peu ma croûte avec, j’ai mis en place ce petit système de dons qui, bien entendu, n’est pas obligatoire. La bise !

€1,00

Publicités

4 commentaires sur “Last Knights, force et honneur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s