I am the pretty thing that lives in the house, une révélation déroutante ?

Une infirmière doit s’occuper d’un écrivain spécialiste de l’épouvante qui habite dans une maison hantée (source : SensCritique).

Oh oui, si vous venez de regarder la bande-annonce, vous devez vous douter que faire une analyse de ce film est sacrément couillu. Pourquoi ? Parce que ce film est à l’antipode des films d’épouvante classiques. A titre d’exemples, pour vous convaincre de mon propos, il n’y a aucun « jump scare » (procédé récurrent dans les films d’horreur et qui consiste à faire sursauter le spectateur) et le rythme est très lent dans I am the pretty thing that lives in the house. Bienvenue dans une chronique d’un film qui n’est pas dans l’ère du temps. 

7d0ccb4c782d93dcfbf5e21536e9bf3fa8a06ca0.jpg

Savez-vous comment reconnaître une bonne réalisation dans ce type de film ? Lorsque le spectateur est en haleine durant la majeure partie de celui-ci alors qu’il ne comporte aucune action. Par son ambiance, I am the pretty ting that lives in the house est captivant, voir même hypnotisant par moment. Autrement dit, ce film a une aura presque mystique.

Mais comment est-ce possible de ne pas s’ennuyer alors ? Parce que la bande sonore de ce film lui donne tout son rythme, que la réalisation s’amuse à filmer, de nombreuses fois d’ailleurs, des plans larges afin de préparer le spectateur à la moindre éventualité et que le jeu de couleurs est un contraste à lui tout seul. Vous pensiez qu’il n’y avait que la nuit qui était terrifiante ? Détrompez-vous.

I-Am-the-Pretty-Thing-That-Lives-in-the-House-explained-2sb8-e1482526588736-1279x640

Mon coup de cœur ? Le fait que ce film soit une boucle, aussi bien au niveau des dialogues qu’au niveau des images. Malgré des moments d’incompréhension (je vous en parlerai d’ici quelques lignes), le spectateur commence, petit à petit tel un puzzle, à mettre des images sur des mots et inversement. Décidément, le film I am the pretty thing that lives in the house est une expérience à lui tout seul.

En faisant quelques recherches, j’ai appris que ce film est le premier film d’épouvante signé Netflix. Vu ce que je viens de vous raconter, un sacré pari osé, n’est-ce pas ? Très différent des films d’horreur traditionnels, cette oeuvre cinématographique signé Netflix ne laisse pas indifférente au vu de ce que j’ai lu sur Internet : soit les spectateurs adorent, soit ils détestent. Le juste milieu semble bien compliqué. Je vous laisse deviner dans quelle catégorie je figure.

best-horror-movies-on-netflix218131.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

Cependant, je me dois d’apporter des nuances à mon propos. En effet, si la fin du film est une fin ouverte laissant place à de nombreuses interprétations, ce film laisse beaucoup trop d’interrogations, voir même d’incompréhensions. Alors qu’il y a une histoire dans une histoire, où les enjeux de ces dernières se rapprochent au fil des minutes, sans toutefois se joindre, ce film est beaucoup trop flou sur de nombreux aspects : l’histoire de certains personnages, leur degré d’implication et leur importance dans l’intrigue, la présence et le sens de certains dialogues ou encore certains enjeux qui sont difficilement discernables.

Est-ce la raison des nombreuses critiques à l’égard de ce film ? Peut-être, mais ça vaut le coup d’œil, croyez-moi.

screen-shot-2016-10-12-at-8-31-54-amtumblr_ozz5aiA78w1rzpyc0o1_1280

Publicités

10 commentaires sur “I am the pretty thing that lives in the house, une révélation déroutante ?

  1. Et ce fut une déception de kalitey pour moi –‘

    J’ai trouvé le film sans âme, il tient plus de l’exercice de cinéma pour un réalisateur nourri à l’esthétique Instagram qu’un vrai film expérimental avec de la recherche derrière. Ca sent le « sur commande pour les netlixiens » et ça se ressent trop. Après je n’aime pas Netflix donc je suis peut-être trop bourrine à ce niveau, mais j’ai vu February du même réalisateur et c’est tout aussi creux :/

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai cru lire que ce réalisateur était plutôt pas mal critiqué en général, donc je comprends votre propos !
      Je suis ravi d’avoir aussi des personnes qui peuvent ne pas être d’accord avec moi, c’est bien pour cela qu’existe les critiques et les chroniques !
      En toute honnêteté, disons que je suis assez sensible à cette recherche de l’esthétisme et je trouve que ça change. Toutefois, ce n’est pas le film de la décennie et il y a pas mal de défauts, que j’ai souligné dans cet article justement haha !

      Aimé par 1 personne

  2. Hello,
    Votre déscription de « I am the pretty ting that lives in the house » m’a intrigué, mais étant une grande frileuse, je ne suis pas capable de regarder n’importe quel film d’horreur du début jusqu’à la fin 🙂
    Bonne journee !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s