Le Son de ma semaine : « La Bohème » de Charles Aznavour #15

Voici une musique, ou devrais-je dire plutôt dire une oeuvre, qui s’écoute autant qu’elle se regarde, à l’image d’un coup de pinceau sur un tableau. Sortie en 1965, La Bohème peut s’assimiler à un texte autobiographique qui est inspiré de la jeunesse parisienne du célèbre artiste, et qui était destiné au départ à une autre star du moment : Georges Guétary. Cependant, sous la pression de sa maison de disques (Barclay), Charles Aznavour est contraint de l’enregistrer et le titre connaît alors un énorme succès. Pour notre plus grand plaisir.

Tu as aimé cet article et tu veux m’aider à faire vivre ce site ? N’hésite pas à faire un petit don alors !

Malgré des milliers de vues par mois et un plan Premium sur WordPress, je n’ai récolté que quelques centimes après plusieurs mois de travail et de nombreuses heures passées derrière mon écran avec mon petit blog. Du coup, si tu as envie de m’aider à faire vivre ce site tout en me permettant de gagner un peu ma croûte avec, j’ai mis en place ce petit système de dons qui, bien entendu, n’est pas obligatoire. La bise !

€1,00

Publicités

27 commentaires sur “Le Son de ma semaine : « La Bohème » de Charles Aznavour #15

    1. Coquille corrigé, merci de me l’avoir souligné !
      C’est une très bonne question. Selon moi, et ça n’engage que moi bien entendu, Barclay mettait la pression à Charles parce qu’il voyait le potentiel de ventes (et de chiffres) qu’il pouvait faire. Ce n’est malheureusement pas nouveau, les maisons de disques préfèrent la quantité à la qualité, ça rapporte plus. Vu que monsieur Aznavour était très productif à l’époque en terme d’écriture, ils ont du le pousser à sortir des titres et faire des scènes très certainement.

      Aimé par 1 personne

  1. A reblogué ceci sur MIRAGE RIVAGE AMOURet a ajouté:
    Je vous parle d’un temps
    Que les moins de vingt ans
    Ne peuvent pas connaître
    Montmartre en ce temps-là
    Accrochait ses lilas
    Jusque sous nos fenêtres
    Et si l’humble garni
    Qui nous servait de nid
    Ne payait pas de mine
    C’est là qu’on s’est connu
    Moi qui criait famine
    Et toi qui posais nue

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s