Les dangers du féminisme extrême, on en parle ?

Alors là, je prends des risques en écrivant un tel article, j’en suis conscient. Loin de moi l’idée de créer un « bad buzz », j’aimerai vous sensibilisez sur un sujet assez particulier : le féminisme extrême. Tout d’abord, définissons ensemble les notions de « féminisme » et de « féminisme extrême », afin d’éviter tout type d’amalgames et vous faire comprendre, de manière efficace, où je veux en venir exactement.

Selon la première définition que nous donne Google, le féminisme est une doctrine qui préconise l’égalité entre l’homme et la femme, et l’extension du rôle de la femme dans la société, tandis que selon Wikirouge, le féminisme extrême (appelé plus couramment le féminisme radical) est un courant du féminisme qui considère qu’il existe une oppression spécifique des femmes au bénéfice des hommes, le patriarcat, et se donne pour objet de l’abolir, tout en dénonçant la naturalisation du rôle social des femmes.

Si vous avez du mal à différencier ces deux définitions, laissez-moi alors vous montrez, en photo, ce qui sépare ces deux mouvements sociaux. Vous allez comprendre qu’à part le mot « féminisme », tout les séparent. 

1001172-marche-internationale-des-femmes3373531

Pour simplifier ces définitions, nous avons d’un côté, une doctrine qui tente de guérir un mal viscéral et profond de notre société contemporaine, via un message de paix, de l’autre côté, nous avons une doctrine qui s’est donnée pour mission de guérir le mal par la mal, avec pour credo la contestation et la violence.

A titre personnel, j’approuve véritablement la lutte que mènent les féministes au quotidien : l’égalité salariale, l’égalité des chances, la revalorisation de la place de la femme dans la société, ou encore une meilleure répartition des tâches familiales dans les foyers. Depuis mon plus jeune âge, je me suis toujours demandé, au même titre que les inégalités basées sur l’origine et la couleur de peau d’ailleurs, pourquoi les inégalités entre les sexes existent. Autrement dit, mes parents ont souvent eu le droit à des questions qui commençaient par : « papa, maman, pourquoi est-ce que dehors les hommes et les femmes… »

Vous l’aurez compris, je n’ai absolument aucun problème avec le féminisme. Bien au contraire.

womensmarch

Par contre, comptez sur moi pour taper sur le féminisme radical, qui me pose un véritable problème. Cela n’engage que moi, mais j’ai l’intime conviction que ce mouvement porte préjudice à sa doctrine originelle : le féminisme, un mouvement égalitariste.

Si la contestation n’est pas un véritable mal en soi, que dire du mode opératoire des féministes extrémistes ? Violences verbales, banalisation de la violence physique envers les hommes, rejet profond de tout aide masculine, manipulation psychologique ou encore décrédibilisation constante de l’image de l’homme, le féminisme radical laisse des cendres partout où il passe et ce sont les féministes égalitaristes qui en paient les frais. Vous ne me croyez pas ? Il suffit pourtant d’ouvrir ses réseaux sociaux pour apercevoir, au coin d’un commentaire ou d’un montage photo, le lynchage quotidien que subissent les féministes. 

20108438_10212886677635211_62783123628313074_nMacholand

Ainsi, malgré des intentions louables, ces dernières ramassent les pots cassés de leurs homologues radicales , et c’est profondément injuste ! Voilà pourquoi, aujourd’hui, je vous écris cet article et je m’expose aux critiques. Mesdames (et messieurs, puisqu’il existe aussi des activistes masculins pour l’égalité entre les sexes), n’abandonnez pas votre lutte, parce que malgré toutes les remarques désobligeantes et les insultes en tout genre que vous recevez, votre combat a du sens. Pour vous, mais aussi pour nos enfants.

MANNEL-900x675.jpg

Si un tel article a pu voir le jour sur mon petit site, c’est parce que j’ai vu, récemment, une vidéo de Virginia Vota, une YouTubeuse engagée, à qui je dois mon inspiration : 

De plus, si ce sujet vous intéresse, je vous mets un extrait, en français, d’un documentaire très intéressant, traitant de la discrimination que vivent les hommes, à cause du féminisme radical en partie :

Enfin, histoire de finir avec le sourire et en beauté, je vous mets une petite vidéo humoristique qui parle, avec un point de vue original, du féminisme

Au fait, si l’histoire du féminisme vous intéresse, je vous conseille cet ouvrage :

//ws-eu.amazon-adsystem.com/widgets/q?ServiceVersion=20070822&OneJS=1&Operation=GetAdHtml&MarketPlace=FR&source=ac&ref=tf_til&ad_type=product_link&tracking_id=lesmilleetu0c-21&marketplace=amazon&region=FR&placement=2753502714&asins=2753502714&linkId=73d37e834bf241cecbb006dbefefd114&show_border=false&link_opens_in_new_window=true&price_color=333333&title_color=0066c0&bg_color=ffffff

Tu as aimé cet article et tu veux m’aider à faire vivre ce site ? N’hésite pas à faire un petit don alors !

Malgré des milliers de vues par mois et un plan Premium sur WordPress, je n’ai récolté que quelques centimes après plusieurs mois de travail et de nombreuses heures passées derrière mon écran avec mon petit blog. Du coup, si tu as envie de m’aider à faire vivre ce site tout en me permettant de gagner un peu ma croûte avec, j’ai mis en place ce petit système de dons qui, bien entendu, n’est pas obligatoire. La bise !

€1,00

Publicités

125 commentaires sur “Les dangers du féminisme extrême, on en parle ?

  1. Je suis totalement d’accord avec toi !
    Dès qu’une cause tombe dans l’extrême, alors on peut être sûrs que le message qu’on veut faire passer sera bousillé et aura l’effet inverse !
    Je ne peux pas me considérer comme une véritable féministe, mais au fond, toutes les femmes ne le sont-elles pas un petit peu ? Évidemment que nous voulons toutes être bien traitées et respectées, au même titre que tout être humain (et vivant) sur cette planète). Le fait d’être aussi radicale revient à être un « macho » au féminin. Il ne faut pas prêcher la haine de l’homme, et cela devrait aller dans les deux sens. Là on a plutôt une bataille « Anti-hommes » contre « anti-féministes » (enfin les radicales, qui du coup sont perçues comme les véritables féministes, qui, elles, ne font que tenter de clamer leurs droits dans le pacifisme le plus total).
    Au final, à vouloir faire dans l’extrême (et je ne parle pas uniquement des femmes, mais aussi des hommes qui du coup, font des généralités), nous retournons à la case départ, si je puis dire, dans un combat hommes VS femmes. Pour moi, il n’y a pas lieu de se diviser, mais d’œuvrer ensemble… Cependant, ne dit-on pas qu’il faut diviser pour mieux régner ? Mais là est un autre débat…
    Une fois que tout le monde aura compris que la clé est un respect mutuel, peut-être que cela pourra fonctionner ? Et attention, mes propos sont peut-être maladroits, mais je respecte profondément toutes les personnes qui font entendre une cause et qui se battent pour elle ! Tant que l’on respecte tout le monde.

    Aimé par 6 personnes

    1. Je partage totalement ton opinion !

      C’est toujours le même problème dans notre société de nos jours : la division, comme tu l’as si bien soulignée… Sommes-nous toujours obligés de nous comporter de cette manière ? Comme si nous vivions dans la guerre permanente, après celle des poings, c’est celle de la pensée. C’est bien triste…

      Merci pour ton commentaire plein de bons sens, c’est toujours un plaisir de lire des personnes qui prennent leur temps pour réagir à mes articles !

      Aimé par 4 personnes

  2. Je ne vais pas vraiment m’exprimer là-dessus, par contre, j’ai tendance à me mettre un peu en colère lorsque j’entends des femmes hurler (dans le mauvais sens) et je pense justement à tous ces hommes qui sont victimes : des victimes qu’on n’écoute pas. Et bla et bla et bla. On pourrait en parler pendant des heures. En attendant, ma position de femme au foyer me va très bien et je suis contente de pouvoir y être. Je considère que c’est une chance de ne pas être obligée (Pour le moment) d’aller bosser. Mais cela changera. Mon dernier n’est pas encore à l’école. Et bla et bla et bla. ^_^
    C’est un choix. Et de façon générale, tout mouvement extrémiste se traduit par la violence, donc je ne pourrai guère valider des comportements radicaux.
    Merci pour cet article. J’aime beaucoup les vidéos que tu as choisi de mettre en avant.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci pour ton commentaire, en partageant ton avis sur cette thématique, mais aussi ta situation personnelle, tu donnes du relief à mon petit article et je t’en remercie !

      Comme tu le soulignes judicieusement, chacun a le droit d’avoir le choix et je ne vois pas pourquoi d’autres personnes, hommes et/ou femmes, devraient choisir à notre place ! En tant qu’homme, jamais je vais me dire qu’il faudrait que j’impose un mode de vie à ma future femme, elle est libre de faire ce qu’elle veut, parce qu’un couple, c’est 2 personnes.

      Concernant ton propos sur les mouvements extrémistes, je suis totalement d’accord, je partage cette opinion et je trouve dommage de penser que la violence peut-être une réponse pour certaines personnes.

      Merci beaucoup, tout le plaisir est pour moi !

      Aimé par 1 personne

      1. À ce propos… Je pense qu’il devrait juste y avoir un mouvement humaniste visant à rétablir les droits en tant qu’individu et peu importe l’origine, le sexe, etc…
        Une fois, j’ai une « amie » qui m’a demandé si je pensais donner le bon exemple à ma fille en restant au foyer à m’occuper d’elle. A cette époque j’avais environ 22 ans, ma fille n’avait pas trois ans et l’école avait refusé de me la prendre (car née en janvier), je n’avais qu’un enfant. Je l’ai regardé bizarrement avant de répondre que je ne voyais pas le problème. D’une part, je n’ai pas fait d’études supérieures donc je ne vais pas confier mon enfant à une nounou/crèche pour que mon revenu minimum paie un moyen de garde. Et d’autre part, je considérais/je considère toujours que c’est une vraie chance (parce que je suis bien dans cette situation ! ) que le salaire de mon homme suffise à nous maintenir à flot. Dans le cas contraire, j’aurai assurément tenté ma chance dans le monde du travail et j’aurai fait comme tout le monde, en priant de décrocher quelque chose.
        Donc oui, je n’ai rien contre le féminisme, je comprends totalement la lutte des personnes qui mènent les troupes, si j’avais l’âme féroce d’une engagée, je serai probablement dans un groupe visant à changer le monde. Il ne faut pas négliger tous les profils. Peut-être qu’un jour, je me pencherai là dessus pour avoir toutes les cartes en main et t’offrir un discours plus pertinent. Bref, les critiques, elles sont dans les deux sens : toutefois je crois que cette amie m’a manqué de respect, en tout cas, envers ma position alors que c’est principalement un choix possible, une telle chance que d’avoir déjà cette possibilité.
        Il faut entendre toutes les voix, et c’est tout. (Je t’ai pondu un pavé ! Désolée)

        Aimé par 4 personnes

      2. Aucun problème pour le pavé, c’est un plaisir !

        Je trouve aussi que c’est un manque de respect et ta réponse a été la bonne : pourquoi ne pas pouvoir s’occuper de son/ses enfants(s) si le salaire du mari suffit à faire vivre tout un petit foyer ? C’est une question de choix de vie et chaque personne a le droit d’être libre, peu importe ce que les autres peuvent penser !

        Merci pour ton témoignage, il était vraiment très intéressant !

        Aimé par 2 personnes

  3. Salut 🙂 ! Je suis totalement d’accord avec ton article ; dans la devise de notre République,il y a le mot égalité,je souhaiterais de tout mon cœur que hommes et femmes aient les mêmes droits et les mêmes devoirs,et je souhaite encore plus que entre l’homme et la femme règne une bonne harmonie,qui est indispensable,par exemple,au fondement d’une famille d’où émerge une bonne ambiance, apaisée.bonne soirée à toi, bravo pour cet article ! 👍

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir Thomas. Merci pour ton passage sur le blog.
      Je suis assez d’accord avec ton avis sur le féminisme !
      Je suis moi même féministe et le problème que j’ai remarqué c’est que le féminisme est mal compris par les femmes en général.
      Pour moi être féministe c’est l’égalité entre les femmes et les hommes. Ce n’est pas rabaisser les hommes comme des sous merdes.. Non ça c’est de la connerie ! Et à la limite c’est rétrograder notre avancement qui met déjà assez de temps à se faire 😅😅
      Je me suis abonnée à ton blog il me plaît pas mal 😊 à bientôt !

      Ether BlackMoon
      Confédération Sataniste Traditionnelle Francophone / Cercle Luciférien de la Flamme Noire 🔥

      Aimé par 1 personne

  4. Il y a un sujet dans cet article qui me pose question? La violence dans notre société, la violence du prolétaire défendant ses droits ou des femmes revendiquant leurs droits, ces violences ne sont-elles pas nécessaire pour faire avancer une société aux idées trop conservatrices, autoritaires et injustes ? Le féminisme, selon moi n’en est plus un dès l’instant que les femmes se retrouvent contrainte par ce féminisme dit extrême. Exemple de la prostitution, les travailleuses du sexe. Certaines le fond par choix, imposer une lois visant à interdire cela n’est pas du féminisme. Nous devrions être libre de disposer de notre corps comme nous le voulons qu’importe les lois. Le féminisme c’est selon moi une vision humaniste. Ca tend vers un système non pas égalitaire (cela n’existe pas) mais plutôt un système juste et équitable. Ca entre pleinement dans la lutte prolétaire qui vise les même objectifs de justice et d’équité. Dès lors on ne considère plus la femme comme une femme, ni un homme comme un homme. On se considère comme individus avec des droits. Ainsi des symboles important tel que l’écriture inclusive, ou encore le fait de ne plus demander le sexe d’une personne d’un point de vu administratif entre dans cette démarche. On pourrait étendre le débat plus loin avec notamment la transidentité…
    Seulement les sociétés plus justes et équitables ne se sont jamais (ou rarement) fondées sans violence. C’est pourquoi je pense que la violence dans le féminisme dès l’instant qu’elle vise ce que je dit plus haut ne devrait pas être considérée de façon connoté, comme du féminisme extrémiste.
    L’homme devrait laisser de la place pour que la femme puisse d’avantage s’emparer de celle qui lui revient de droit. Et pourquoi pas s’effacer en tant qu’homme au profit de l’individu ? Mais dans cette lutte ou être une femme pose des complications, les femmes doivent contradictoirement d’abord imposer leur féminisme avant d’imposer l’Individu. Elles doivent être soutenues et protégées dans ce combat. Mais ce combat, homme ou femme, qu’importe, c’est le notre à tous.

    Aimé par 2 personnes

    1. Très intéressant ce propos, il a le mérite de faire réfléchir !

      En soi, je suis assez d’accord avec toi concernant la violence, tant que celle-ci est nuancée et ne vise pas à imposer par la force une idéologie ! Oui à une violence modérée, non à un totalitarisme de la pensée bien entendu.

      Par contre, je suis totalement d’accord avec toi concernant le fait de s’effacer, de laisser à la femme sa place en tant que femme ET individu ! Je me faisais justement la réflexion en écrivant cet article !

      Merci beaucoup pour ton commentaire !

      Aimé par 1 personne

  5. J’ai eu des sueurs froides en lisant l’intitulé de ton article 😮 le féminisme vise l’égalité homme-femme, mais également le respect des droits de la femme ET de ceux des hommes. Il faut vraiment se centrer sur ce droit que nous avons de faire ce que nous voulons tant que ça ne nuit à personne. Ainsi, une femme peut se prostituer si c’est son choix, un homme ou une femme peut être homme ou femme au foyer, et personne ne devrait se permettre de juger. Mais il y a bien souvent des frictions avec les personnes machistes (et/ou sexistes malgré elles, (ma mère, par exemple)) et on entre vite dans un concours de force. Je comprends les dérives des « féministes extrémistes » et je comprends aussi le besoin de leur existence comme un mal nécessaire de la société pour faire avancer les choses. Note que j’ai du mal à cerner cette notion de féminisme extrémiste dans le sens où je pense que ma conception de la chose est différente de la tienne, et je suis sure de ne pas être la seule. 🤔🤔😅

    Aimé par 2 personnes

    1. Le titre est aguicheur, je comprend les sueurs froides haha !

      J’accepte totalement le fait que l’on ait une conception différente de la mienne, c’est même un plaisir, car cela apporte de la diversité et du relief à cet article, donc merci pour ton commentaire !

      Par féministe extrême, je parle surtout de radicalisme, c’est-à-dire un mouvement social, en voulant imposer sa vision des choses, serait prêt à agir plutôt que réfléchir, taper au lieu de discuter ! A titre d’exemple, pour souligner justement cette façon de penser, il suffit de voir ce que prône les auteurs de Jezebel, un média féminin qui encourage la violence des femmes envers les hommes et ont même fait un article expliquant le fait qu’eux-mêmes avaient déjà eu recours à la force et s’en félicitaient. Par radicalisme je pense surtout et non aux manifestations ou interventions médiatiques ! Je me suis peut-être mal exprimé dans mon article, je m’en excuse !

      J'aime

      1. Pour moi, le féminisme extrémisme cherche à diaboliser et à rendre sexiste le moindre mot utilisé. Comme par exemple « semestre » ressemble à semence et on devrait avoir des « ovestres » (La Revanche d’une Blonde). Cette quote m’avait bien fait rire 😀

        Je ne considère pas que vociférer et faire entendre son avis à la population de force soit un extrémisme en soi. Il s’agit davantage d’un appel à l’aide.

        Je lis régulièrement Jezebel et je ne me souviens pas d’avoir lu quoi que ce soit qui soit violent… Je suis preneuse si tu as un article sur la question. Ça m’intéresse. Quoi qu’il en soit, je rejoins l’avis de @letsrocknwrite, la violence est parfois un mal nécessaire. Sans la violence des suffragettes et autres organisations féminines, les femmes n’auraient pas obtenu le droit de vote. Quid de Mai 68, des attentats de l’IRA, de la révolution belge de 1830? Je ne cautionne pas toutes les formes de violence faite pour une cause particulière. Mais généralement, se lever pour revendiquer ses droits et son indépendance, et les imposer est tout à fait justifiable, à mon sens, tant qu’on n’écrase personne. S’imposer comme l’égale de l’homme n’a rien de dégradant pour qui que ce soit.

        Aimé par 1 personne

      2. Totalement d’accord pour la diabolisation, j’ai eu ce terme à l’esprit pendant que j’écrivais cet article ! Et c’est pour cela que justement, le fait de faire entendre son avis est différent, comme tu le soulignés très judicieusement !

        Concernant l’article Jezebel, je t’invite à regarder la première vidéo que j’ai mis sur cet article, la YouTubeuse en question en parle, montre l’article en question et donne aussi le lien, si je me trompe pas, elle est plus efficace que moi haha !
        Je rejoins ton propos concernant la violence, tant qu’elle reste un minimum mesuré et qu’elle ait un véritable sens, mais je suis vraiment d’accord !

        Aimé par 1 personne

  6. Bonjour Thomas! Merci pour cet article qui me donne envie de partager avec toi. Je suis d’accord avec toi et en même temps, un peu pas d’accord… Je m’explique! Je trouve le choix des images pour différencier les 2 mouvements un peu gauche personnellement. Je ne vois pas en quoi la 2ème photo est violente? Mais je vois de quoi tu veux parler en revanche derrière cette idée. Un peu comme pour n’importe quelle manif où il y a toujours des gros cons pour faire des débordements et tout gâcher. Du coup c’est là où je ne suis pas vraiment d’accord: il n’y a pas de féminisme « acceptable » et de féminisme « radicale ». Il y a un seul féminisme et… les manifestants. Certains peuvent défiler pacifiquement et paisiblement, d’autres ont besoin d’exprimer leur colère et leur mécontentement! Il y aura toujours des joyeux lurons pour se fouttrent à poil également 😉 Et pour le fait que certaines personnes « entachent » la réputation des « féministes acceptables », je me rassure en choisissant de croire que la population sait faire la part des choses 🙂 Je conclurais par dire avec toi: « vive l’égalité » !

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour ! Merci à toi pour ton commentaire !

      Hahaha je comprends ce que tu veux dire, j’ai voulu montrer la différence entre une manifestation purement pacifiste et une autre, plutôt tournée sur la contestation, en voulant éviter de mettre des images de débordements ! Déjà que la première image est une photo avec des femmes qui font ensemble un geste assez « particulier » avec une moustache rappelant un certain Adolf, je voulais pas que mon article soit banni par WordPress, mais je voulais choquer par la différence. Désolé !

      Concernant le féminisme, je vois ce que tu veux dire et si on analyse cette thématique en se concentrant sur les manifestations, je suis totalement d’accord ! Maintenant, à l’image par exemple des Femens (qui sont celles que l’on voit sur la première photo justement), elles sont par exemple pas mal en désaccord avec les féministes dite lambdas, les rejetant même et prônant la violence, même en dehors des manifestations, dans ses rapports conjugaux, professionnel, etc…

      Concernant ta dernière phrase, je n’ai qu’un mot qui me vient à l’esprit : amen !

      Aimé par 1 personne

  7. Coucou. Désolée d’avance je risque de répondre un immense pavé mais j’ai vraiment besoin de me lâcher sur ce sujet. Déjà le titre…j’espère que tu as conscience que tu risques de te retrouver avec une attaque de SJW assez violente si il y en a qui tombent sur ton article? Tu sais le genre de militantes que tu critiques qui insultent et harcèlent d’abord et pensent ensuite…et qui ont rien de mieux à foutre pour leur « cause » que d’emmerder les gens pas d’accord avec eux sur le web. En plus vu que ce genre de connasses (j’assume mon vocabulaire très grossier parce que ce genre de nanas m’énervent vraiment) ont un logiciel de pensées très manichéen homme = méchant, femme = gentille tu peux t’en prendre plein la gueule en les critiquant 1000 fois moins que moi juste parce que j’ai la carte femme au chômage longue durée d’origine juive et autiste donc j’ai trop de « points d’oppression » pour qu’elles osent se la ramener quand je parle…ce qui est incroyablement condescendant à sa façon également en fait…comme si ma position m’empêchait fatalement de dire des conneries et celle des mecs les empêchaient de comprendre quoi que ce soit. Je voudrais pas dire mais c’est des mecs qui par leurs arguments m’ont initialement convaincue de l’intérêt du féminisme donc bon…bonjour les raisonnements binaires des fois chez certains militants. Enfin c’est pas spécifique aux féministes c’est valable pour n’importe quelle cause il y aura toujours des gros biais dans la perception de la vie d’un militant surtout chez les plus radicaux qui vont se fermer au monde extérieur à leur petit cercle de convaincus. Ceci dit je reste convaincue que la violence ou plus exactement la contre violence est une nécessité pour lutter contre des systèmes qui maintiennent des inégalités en place d’autant plus qu’il n’y a pas à ma connaissance d’exemple historique de lutte contre une inégalité qui ait aboutie sans inclure cet élément là, donc je l’assume par contre la ou il y en a qui vont trop loin et dont la contre violence initiale en réponse légitime à une agression se change en vrai violence totalement illégitime c’est ça le vrai souci. Gilles Servat le dit bien dans les paroles d’une de ses chansons je trouve (il parle de la cause de l’indépendance irlandaise pas du féminisme mais le principe est le même) : « Il y a deux violences. La première, celle qu’on impose, l’ordinaire,
    avec sa gueule d’homme ordinaire La seconde, celle qui répond au silence. Celle-là, je la comprends. C’est un
    cri! Se taire sur l’injustice précipite la violence. Le silence, notre silence est lui-même une violence!
    Censeurs, tripatouilleurs d’informations, trieurs de nouvelles, menteurs, étouffeurs de vagues, toutvabienistes,
    jeteurs de voiles pudiques, autocenseurs peureux, complices par omission, vous êtes tous des allumeurs de violence! Combien faut-il de morts pour desserrer vos dents? Envoyez vos barèmes! La seconde violence, je la comprends. Mais, une fois brisé le silence, quand elle continue, elle devient ordinaire. Elle ne règle rien. Elle est injuste. Elle affaiblit les causes justes. » Après je comprends ce que tu désapprouves chez les Femens mais sur la photo elles sont pas tellement plus violentes que des mannequins qui défilent nues donc je vois assez mal en quoi ça illustre le propos. Ton texte je comprends ce qu’il dénonce mais après les féministes s’énervent souvent parce que tout ce qu’on peut faire est toujours considéré trop radical par quelqu’un…même à l’époque où elles ne demandaient que le droit de vote plein de gens les caricaturaient en personnes voulant créer une suprématie des hommes sur les femmes…il y en a des comme ça j’en ai connu en vrai dans des cercles militants et côtoyées longtemps donc je vois un peu comment elles pensent mais c’est quand même fort heureusement une minuscule minorité du lot…les médias amplifient et caricaturent toujours les mouvements extrêmes parce que ça fait fantasmer, ça effraie et ça vend plus que les portraits nuancés faut pas l’oublier non plus. Après même les plus radicaux n’en sont pas venus à penser à leur façon pour rien donc j’ai toujours trouvé utile d’écouter tout le monde car des fois on trouvent aussi dans leurs discours des vérités que l’on ose pas se dire autrement. Cependant oui je suis d’accord avec toi que ce que tu dénonce dans ce passage de ton article : « Violences verbales, banalisation de la violence physique envers les hommes, rejet profond de tout aide masculine, manipulation psychologique ou encore décrédibilisation constante de l’image de l’homme » ça ne devrait avoir ça place nul part et certainement pas dans des mouvements revendiquant l’égalité. Pourtant je ne suis pas persuadée que la mauvaise image que les gens ont des féministes ne viennent que de ça vu que c’est le mouvement dans son ensemble qui a toujours été critiqué ainsi depuis qu’il existe avant même qu’il existe, il y aura toujours des gens pour le critiquer parce qu’il perturbe leurs habitudes et dérangent les normes dont il profitent même sous ses formes les plus « modérées », il y en aura toujours pour qui même un murmure féministe sera toujours trop fort à leur goût parce que oui il y en a dont le féminisme dérange le pouvoir c’est un fait. Par contre là où souvent les féministes manquent de nuances c’est que beaucoup ont une image caricaturale de l’homme comme le mal absolu et en gros prennent tout les mecs pour Donald Trump ou DSK sans se rendre compte que les rapports de pouvoir sont variables entre mecs aussi que tous n’ont pas une position économique et sociale élevée loin s’en faut, tous ne sont pas blancs, tous ne sont pas hétéros, tous ne sont pas valides, certains sont trans, certains ont d’autres problèmes auxquels je pense peut être pas, certains cumulent beaucoup tout ça en même temps et les femmes sont pas toutes dans la même position non plus. Pas sure personnellement que les luttes de Marlène Schiappa et d’une femme SDF contre la violence masculine ait le même sens et se fasse avec la même aisance hein pourtant c’est celles de la première que la télé nous rebat les oreilles sans arrêt et qui ont un aspect business juteux et les secondes dont malgré leur nette urgence plus forte la plupart des féministes (pas toutes heureusement) se foutent totalement…parce qu’elles préfèrent s’écharper sur les réseaux sociaux à propos des débats « féministes » à la con dont l’origine est la télé du genre « madame ou mademoiselle sur les cartes d’identité » tandis que la lutte contre les violences sexistes est de plus en plus un tabou inabordable en réunion féministe hélas. Le nombre de fois où j’ai voulu parler de viol ou de violences sexistes en partant de mon vécu et qu’en gros on m’a dit « ta gueule c’est pas safe ce dont tu parles ça me stresse »…super moi j’étais venue là par besoin d’en parler justement…si tu peux pas l’encaisser ton militantisme il sert à quoi au juste? Bref désolée mais ça m’avait bien enragée cette histoire. Et oui même si je comprends la nécessité de laisser priorité aux premiers concernés pour pas que nos paroles féminines soient invisibilisées par celles des hommes sur des sujets qui nous concernent en premier lieu quand on inverse trop la tendance et se met à dire des absurdités du genre les hommes ne peuvent pas être féministes on part dans la connerie inverse et c’est pas tellement mieux. Pour terminer les vidéos sur les masculinistes j’avoue les trouver très biaisées quand même aussi à leur façon…ils reprochent aux femmes de généraliser leurs situations personnelles et de sortir des chiffres du chapeau pour justifier leurs luttes mais ils font pareil alors je dois croire qui? Pour en avoir le coeur net une fois je me suis déguisée en mec pour voir ce qui changeait dans la façon dont les gens se comportait avec moi…bah vraiment pas grand chose pour tout dire il y avait bien des petites nuances mais globalement c’était pareil a un point qui m’a stupéfaite. Je sais que c’est mon expérience influencée par le fait que j’ai une gueule androgyne et qu’on me prend déjà souvent pour un mec de base de toutes les façons et que d’autres femmes en faisant la même ont eu une expérience radicalement différente de leur quotidien mais justement c’est bien la preuve qu’à part notre situation personnelle finalement on connait pas grand chose et bien malin celui qui prétend détenir la vérité sur la structure exacte des rapports hommes femmes dans cette société. Après tout si on peut en dire tout et son contraire c’est en soit un indice que la situation est complexe et nuancée à mes yeux. Cependant je crois qu’à force de surligner sans cesse les différences on oublie trop qu’à 99,9% un homme et une femme c’est exactement pareil, on a les mêmes besoins, les mêmes désirs, les mêmes souffrances, les mêmes peurs, les mêmes espoirs…on est des gens quoi. Pour ce qui est du patriarcat j’y croyais avant mais ensuite je me suis rendue compte que ça a pas de sens en parlant à des féministes issues d’autres cultures qui m’ont fait réaliser ce truc tout con mais évident qui est que d’une société à une autre les rapports hommes femmes sont structurés de manière radicalement différente donc l’idée d’un patriarcat universel est absurde. Pour ce qui est du sexisme envers les hommes évidemment il existe je ne le nie pas et lutter contre est une nécessité pour être vraiment antisexiste parce qu’il fait bien des dégâts aussi mais si beaucoup de féministes l’entretiennent je crois pas que le féminisme l’ait crée il me semble que c’est bien plus ancien que ça et que les normes de socialisations masculines « ne pleure pas » etc…y sont pour beaucoup. Pour terminer la violence féminine de même plus généralement est un tabou social bien plus ancien que beaucoup de féministes ont en effet intégré et quelques rares féministes décidé d’assumer à un point absurde où elles en arrivent à applaudir les femmes qui battent leurs mecs ou le fait que plus de mecs soient pauvres donc égaux économiquement avec des femmes qui l’étaient déjà avant comme si c’était un progrès…les violences conjugales ceci dit je les trouvent très caricaturées par une vision faussée par les normes de genre autant chez les féministes que chez les masculinistes. Pour avoir vécu une relation amoureuse particulièrement compliquée avec un homme où la violence était mutuelle pour des raisons personnelles très compliquées et qui en était arrivée là en grande partie à cause de ses fichues normes de genre et des problèmes personnels des deux côtés entre autres quand j’ai essayé de sortir de ça…les psys refusaient d’imaginer qu’une relation de violence de couple plus compliquée que juste une demoiselle en détresse blessée par son méchant bellâtre puisse exister et donc étaient dans le déni complet du fait que je ripostait moi aussi parfois très durement et de la culpabilité que j’en éprouvais et m’ont pas aidée du tout à sortir de ce cercle vicieux et les féministes c’était encore mieux, « j’ai trop honte j’ai frappé mon mec comment on fait quand c’est comme ça pour que ça recommence plus »…réponse la plus fréquente soit la même que les psys, soit la version féministe radicale : « wouah comment t’es trop déconstruite d’oser te réapproprier la violence patriarcale félicitations apprends moi à bastonner les mecs aussi »…euh pardon? C’est le contraire, c’est de m’aider à arrêter que je viens de te supplier de m’apprendre…on s’est séparés avec lui avant de s’entretuer et j’ai appris finalement, mes relations avec les hommes que j’ai connus après n’étaient plus violentes mais ça a été laborieux et j’ai été aidée par personne à canaliser ma violence parce que les filles sont pas censées avoir ce genre de problèmes de gestion de la colère. Super. Surtout que je voudrais pas dire mais une grande partie de cette colère venait du fait de ne pas assumer d’être attirée par des hommes plutôt féminins tout en leur reprochant paradoxalement d’être trop peu virils à mon goût donc des fameuses normes de genre qui avaient bien pourries notre relation surtout que de son côté aussi la violence venait en grande partie de ne pas supporter de se sentir à la fois humilié et attiré par une femme masculine. Et surement aussi d’une peur homophobe non conscientisée alors à la con du style « si il/elle m’attire alors que c’est une personne si masculine/féminine » et ce que je suis hétéro…et la violence comme réaction à ces peurs. Pourtant j’ai jamais aimé un homme autant que je l’ai aimé lui même si ça parait dur à croire et à lire sans doute. Seulement voilà justement quand deux personnes deviennent extrêmement intimes sans savoir gérer leurs propres blessures ça peut donner une catastrophe, un double suicide à peine masqué. Et tout ça j’osais même pas le dire à quelqu’un quelque part avant de poster ça ici parce que bah féministes, mascus, gens normaux, ce genre d’histoires personne ne veut les entendre, ça dérange trop je crois.

    Aimé par 2 personnes

    1. Bonjour !

      D’abord, mille fois merci pour ton témoignage et ton commentaire : tu as su magnifiquement nuancé mes propos, mettre le doigt là-dessus, parler de la discrimination des hommes tout en donnant ton avis (que je trouve très juste) pour finir avec ton histoire, qui est vraiment très intéressante ! Donc merci beaucoup, c’est important pour moi de pouvoir partager avec des personnes, de tout avis et tout horizon !

      Je vais pas répondre à chacun de tes propos, sur certains je n’ai tout simplement absolument rien à redire dessus, tu as totalement raison et ce serait hypocrite de ma part d’essayer de rajouter une couche, ce que tu as dis est parfait et donne du relief à cet article !

      Concernant les photos, à la base (dans la 1ère version de l’article), j’avais mis des images violentes, mais deux trucs m’ont fait peur : d’abord la censure, comme je l’ai dit dans un autre commentaire, car entre les images de poitrine et la violence de ces images, je voulais pas que l’article se fasse bannir sinon un tel débat n’aurait pas lieu et ce serait dommage ! Ensuite, je ne voulais pas inciter à la haine et devoir a mon tour censurer des personnes parce que face à des images de violences, je voulais pas faire apparaître un camp pro et un camp contre qui s’affronte dans les commentaires…

      Hahaha j’avoue par contre que je prends beaucoup de risques en écrivant cet article, mais je ressentai le besoin profond de parler de cette thématique, informer et ensuite voir ce que les gens ont à en dire !

      Merci beaucoup encore pour ton commentaire !

      J'aime

      1. Oui je comprends. Après je suppose qu’on s’auto censure plus souvent qu’on ne se fait censurer mais ça reste possible en effet. Les camp pro et anti prennent tout les prétextes pour s’affronter de toutes les façons ce serait sur le PSG et l’OM ce serait pareil. Cool ouais bah c’est bien d’avoir eu le courage de le publier alors. De toutes les façons je comprends pas les gens qui agressent une personne juste car elle dit ce qu’elle pense. Même si t’es pas d’accord du tout tu peux le dire tranquillement quoi. Je pense que ces sujets de toute évidence plein de gens en sont profondément touchés et vont avoir des trucs à dire importants pour eux dessus, c’est sans doute aussi pour ça qu’ils sont si risqués. Mais justement j’en ai marre qu’il y ait que les mascus et les féministes qui s’autorisent à en parler alors que tout le monde a son avis dessus et du coup je te remercie à mon tour pour cet article qui fait avancer le débat.

        Aimé par 1 personne

      2. Oh c’est tellement gentil, ça me fait trop plaisir, je suis content de voir que tous le monde comprend ma démarche, qui n’est pas de taper sur quelqu’un ou quelque chose, mais sensibiliser et partager !

        C’est pour cela que je réponds à tous le monde, je prends le temps de m’expliquer et j’essaie d’avoir un rapport proche avec mes lecteurs pour montrer que mon but est de discuter et que j’accepte tout avis différent du mien !

        Merci encore !

        J'aime

    2. Il y a dans ce commentaire une masse d’informations passionnantes, intéressantes au plus haut point. Je me dis qu’il est sans doute bon de mettre quelques chiffres et de poser quelques constats d’évolutions.

      Les femmes les plus extrêmes possibles ne commettent pas beaucoup de dégâts, dans la masse des destructions commises par les hommes en général, par l’humanité dont la direction est essentiellement masculine. Ces femmes qui manifestent la poitrine dénudée expriment une certaine violence, créent un certain désordre, mais ne troublent pas gravement l’ordre public.

      Le prédateur est généralement un homme. Il semble bien que la violence du petit bébé masculin se manifeste dès le berceau. La lecture de nos livres d’histoires est pleine d’enseignements sur la violence des hommes à la guerre. Les guerres qui aboutissent à des millions de morts sont faites par des hommes, dirigés par des hommes. Aujourd’hui, la guerre mondiale est sans doute freinée par le sentiment que ce serait la dernière : l’humanité s’arrêterait au moment de mettre le pied dans le précipice.

      Aujourd’hui, bon an, mal an, si nous regardons ce qu’il se passe sur le territoire national, nous avons un millier de morts à la suite de crimes, de règlements de comptes entre bandes rivales, pour des partages de territoire.
      Et il y a quelques centaines de femmes qui sont tuées par des hommes à la suite de mésententes conjugales graves.
      Ce commentaire d’une richesse extrême vient à la suite d’un intéressant travail de fond qui est ce blog. Bravo, donc à Thomas qui étudie, qui parle dans la nuance, qui cherche l’équilibre et qui le promeut.

      Je ne partage pas vraiment l’idée que les homme et les femmes partagent les mêmes peurs à 99%. Il y a certainement des limites à respecter, et les coups physiques sur le conjoint, ou les menaces de coups impliquent pour moi la dissolution instantanée du couple. Pourtant, dans ma vie de DRH (2500 personnes en gestion moitié homme moitié femmes, des fonctionnaires au statut avantageux), j’ai été confronté aux problématiques des femmes battues. En 6 années de DRH de populations importantes, je n’ai jamais été confronté à un problème d’homme battu. Il y a une année, cependant, j’ai eu l’occasion de constater le suicide d’un homme dominé par son épouse, sans doute également dominé par une maîtresse sur son lieu de travail et qui s’est pendu dans le domicile conjugal, en laissant de très nombreuses traces écrites qui témoignent d’une grande solitude et d’une complète absence de véritables amitiés masculines. Cet homme, qui a toute sa vie cherché à faire plaisir à tout le monde, n’avait pas de véritable ami auprès de qui se confier. M^me s’il n’était pas idiot, son épouse avec qui j’ai travaillé une quinzaine d’années lui était très supérieure intellectuellement et professionnellement. Pour autant, on ne peut nullement évoquer une idée de femme manipulatrice et prédatrice : son épouse cherchait clairement autre chose, qu’il me semble qu’elle ne trouvera jamais, un homme aux épaules solides et rassurant et prévenant. Son époux pouvait être considéré comme prévenant, mais il ne pouvait pas être considéré comme un homme solide, sûr de lui et de sa force d’homme.
      Nous sommes là sans doute au cœur de souhaits féminins.
      Mon ami psychiatre m’indiquait qu’une condition de longévité pour les femmes, cela pouvait être une certaine méchanceté, ce qui reste un peu un mystère. Pour avoir à m’occuper professionnellement d’une femme âgée de 105 ans (née le 17 avril 1913) qui a eu un époux, dont elle a divorcé, puis un compagnon, décédé il y a quelques années, je ne suis pas certain qu’il a tout à fait raison. A la limite, je veux bien comprendre qu’il doit y avoir comme conditions nécessaires d’une vie longue et heureuse, à l’abri des principaux accidents de la vie et autres mésaventures, une part de prudence et peut-être d’égoïsme raisonnable qui ne se fait pas au trop grand détriment des autres.
      La violence sur soi, que constitue le suicide, en France, baisse régulièrement. Je suis en relations fréquentes avec l’UNPS qui regroupe les meilleurs experts sur ce sujet, et nous sommes en train de passer sous la barre des 10 000 suicides répertories, avec sans doute une dizaine de pour cent de suicidés non pris en compte.

      Aimé par 1 personne

      1. Merci. Je suis d’accord avec la plupart de vos propos ceci étant dit je nuancerait un peu si il est vrai que dans la plupart des sociétés le port des armes est l’attribut principal du masculin les guerrières et même les meneuses de troupes de guerre n’ont rien de rare dans bien des cultures…pas celle dite « occidentale » qui a fait en quelques siècles plus de violence de masse que toutes les guerres de l’histoire de sociétés plus traditionnelles mais il n’empêche que l’impossibilité de penser une femme soldat c’est une caractéristique relativement récente de l’occident qui par ailleurs a été en partie battue en brèche de nos jours malgré le fait que l’armée partout dans le monde reste encore le secteur de métier le plus misogyne de tous ou les femmes ont du mal à se faire une place.

        Les guerres en plus les femmes ne les mènent pas d’accord en règle générale mais si des mouvements pacifistes féminins puissant les ont contestées notamment la Première Guerre Mondiale, il n’en reste pas moins que la plupart des femmes ne contestent pas le principe des guerres et y participent à leur façon en remplaçant les hommes à l’arrière et élevant leurs fils et soutenant leurs maris dans le but que ces derniers soit potentiellement des guerriers prêts à servir leur patrie (c’est moins vrai en France depuis 1968 mais les mouvements antiguerre en France sont devenus bien rare et les femmes ne découragent pas massivement leur fils de s’engager dans les armées quand il y a des recrutements récents dans ce domaine liés à des conflits internationaux (guerre au terrorisme notamment) donc la participation des femmes à l’effort de guerre n’est pas généralement directe mais elle ne me semble pas absente même si la fréquentation de n’importe quel groupe pacifiste ou antimilitariste montre bien que ceci sont à très ample majorité féminine et les hommes qui y participent sont souvent perçus comme »doux » et efféminés donc il y a quand même un lien mais c’est une minorité les « antiguerre » quelque soit leur genre.

        Oui j’admets que nous autres femmes, du moins pour celles que les hommes attirent, on a souvent tendance à pas trop savoir ce qu’on veut et à être tiraillée dans nos désirs entre la volonté d’avoir un époux moderne « féministe » ou du moins qui assume sa part de féminité et celle persistante d’avoir « un mec un vrai » viril et apte à nous protéger. J’imagine que vu que c’est parfois assez contradictoire les hommes peuvent parfois ne plus savoir sur quel pied danser et que ça peut être très dur aussi.

        Peut être que ce qu’il entend par une certaine méchanceté c’est une certaine part d’agressivité ou du moins de fermeté? Cela me parait nécessaire pour avoir survécu dans un monde sexiste surtout pour une dame d’âge noble qui a connu des périodes ou le vote ne lui était même pas permis.

        C’est une bonne nouvelle pour les suicides mais vous êtes sur que c’est vrai ou c’est juste que beaucoup de suicides ne sont pas pris en compte dans ces stats? Pas que je veuille être cynique mais avec la casse de plus en plus rude des acquis sociaux et le nombre de suicides de prolos et de chômeurs en explosion complète à cause de ça rien qu’autour de moi j’ai plus d’un doute. C’est si facile à reclasser en « accident »…Et puis violence sur soi oui et non en bout de course certes mais ça vient pas comme une envie de pisser hein de mon expérience « on est suicidés » par un entourage pas vraiment aidant le plus souvent quand ça arrive au moins au sens indirect.

        Aimé par 1 personne

    3. Ce commentaire que vous avez fait peut se lire à de multiples niveaux, et il mérite d’être illustré avec des cas précis.
      En fait, cela peut donner lieu à des investigations quasiment infinies, et il serait possible de s’y perdre. Heureusement, nous pouvons avoir la description fine et minutieuses de cas réels.
      Du coup, j’ai été sur votre Blog et cela m’a fait faire la réflexion d’une trop grande création de richesses, non absorbables par le lecteur, sauf un travail important d’assimilation et de réflexions sur ce que vous y avez écrit.

      Bref, tout cela est absolument passionnant, et il faut le cadrer par le très sage Blog qui est le blog présent, et qui est conduit avec la sagesse de ce jeune juriste de 21 ans seulement, à qui je renouvelle mes félicitations.

      Au printemps prochain, avec deux amis, nous allons organiser un petit tour en Corse et le titre de ce que je raconterais par la suite sera :
      3 hommes sur un bateau
      Il s’agit d’un petit bateau, pas plus de 8 mètres et nous ne nous éloignerons pas beaucoup de la côte, l’idée étant d’aller de a Corse du Sud à la Corse du Nord.
      « double suicide à peine masqué », c’est bien à cet endroit qu’il faut investiguer, mais je comprends fort bien que cela ne soit pas facile.

      Vous avez évoqué un léger doute sur les méthodes de comptage, qui peuvent varier.
      Il me semble que nous pouvons faire confiance à l’INSEE que j’ai pratiqué durant 7 années et sur d’autres champs de connaissance et également sur de la simple gestion. J’ai constaté chez eux une très grande rigueur et une très grande honnêteté. Je n’ai pas de doute. Par ailleurs, nous avons bien des comparaisons internationales et je me suis attaché à contrôler moi-même certains données. La tendance est là, certaine, et la France est dans la bonne direction, sur cet indicateur depuis une quinzaine d’années.
      Elle partait d’assez haut, il est vrai.
      Cependant, je ne suis pas capable de montrer quels sont les heureux facteurs déclenchant à l’origine de cette heureuse baisse.
      Un point particulièrement préoccupant en France, si nous comparons à l’Allemagne, c’est le nombre très important en France de suicide dans les prisons, de l’ordre d’une centaine par an.

      Aimé par 1 personne

      1. Oui je sais. Mais synthétiser plus est bien difficile pour moi je fais de mon mieux mais quand je parle et je pense c’est comme ça aussi donc c’est pas super simple pour moi. Ceci dit il y a des milliers de gens qui m’ont lu jusqu’alors dont quelques lecteurs réguliers commentant pas mal donc des gens me comprennent fort heureusement malgré mes défauts d’écriture et semblent y revenir régulièrement et y trouver du positif ce pourquoi je continue d’écrire dessus pour les lecteurs à qui ça plait mais j’entends volontiers que ce ne soit pas le cas de tout le monde d’autant qu’étant intarissable faut avoir du temps à perdre pour me lire, sans doute pour ça que la plupart des gens le faisant souvent sont étudiants ou chômeurs longue durée. Ou alors c’est juste que qui se ressemble s’assemble. En tout cas oui définitivement Thomas est nettement plus concis, organisé, cadré comme vous dites, synthétique et sage que moi ça ne fait aucun doute je partage votre admiration à son égard. Et fort heureusement en ce qui me concerne même si j’ai toujours mes problèmes personnels et relationnels, comme tout le monde un peu plus sans doute, je vais quand même bien mieux qu’à l’époque dont je parle notamment du fait d’un long travail fait sur moi même depuis et je suis bien moins désagréable à vivre qu’à l’époque du coup même si je ne serais jamais commode je suppose. Ah? Bonne nouvelle alors je me fie à votre expérience en ce cas. Pour les prisons on est pas condamné un nombre incroyable de fois pour leur état par la justice européenne? Je suppose que leur délabrement et la façon dont on traite les prisonniers plus généralement chez nous est une des causes.

        Aimé par 1 personne

  8. Alors, je n’aime pas du tout le titre de cet article qui est lui plus nuancé et avec qui je suis d’accord sur un certain nombre de points.
    Je suis pour une égalité de traitement entre tous les individus mais surtout le respect des un(e)s envers les autres.
    Parler de féministes extrémistes c’est risquer d’englober et de dévaloriser toutes les féministes.
    Ex : Quand on parle d’islamisme radical par exemple, certains comprennent que cela concerne des fanatiques dangereux d’autres comprendront qu’il s’agit de tous les musulmans pratiquants ou non.
    Sinon, en tant que féministe respectueuse du genre humain depuis ma plus tendre enfance je n’accepte pas les discours haineux et donneurs de leçons envers les hommes que j’ai pu entendre ces dernières années. Celles qui agissent ainsi ne peuvent avoir mon soutien.
    Je déteste les pubs qui font des hommes des objets (ex : un site de rencontre où on prend un homme emballé comme une poupée barbie).
    Bref : bravo : un article qui fait réagir.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup, toujours un vrai plaisir d’avoir un retour intéressant et nuancé !

      Le titre est aguicheur, je dois bien l’avouer, le but était d’attirer le regard pour ensuite faire réfléchir l’esprit ! Désolé si cela a pu t’offenser !

      Concernant le risque d’englobalisation, c’est pour cela que dès mes premiers mots, je différencie, par les définitions, ce qu’est le féminisme et le féminisme extrême, avant d’éviter les amalgames bêtes et méchants ! Mais tu as totalement raison, lorsque l’on parle de radicalisation, le risque d’assimilation est grand !

      Merci encore !

      Aimé par 1 personne

  9. Bonjour Thomas,
    Nous sommes tous des êtres d’Esprit et de Lumière. Sommes-nous des animaux sociaux uniquement ? Sommes-nous des êtres sexuées uniquement ? L’inégalité s’efface quand nous entrons dans L’Être. Mais, cela est une longue histoire…
    Merci pour ton courage. Seulement, je suis sûre que tu n’as pas tout exprimé. Nous sommes devenus des frileux qui nous censurons volontiers, malheureusement.
    Merci pour ta présence en ce monde. C’est cela qui est beau.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour !

      D’êtres d’Esprit, nous nous comportant trop souvent comme des animaux sociaux en effet… Si seulement l’homme et la femme s’effacerait au profit de l’Individu, on ne parlerait plus d’inégalités…

      Merci beaucoup et comme tu l’as très bien remarqué, je me suis censuré sur certains mots et images, de peur que cet article se fasse bannir ou que l’espace commentaire devienne un espace d’insultes… Heureusement, je n’ai que des retours intelligents et j’en suis vraiment ravi !

      Merci beaucoup !

      Aimé par 1 personne

  10. Je me sens concernée par ton article car depuis quelques années c’est vraiment quelque chose qui me tient à coeur. Même si je tente de ne pas l’être, j’avoue que parfois je peux virer à l’extrémisme mais généralement c’est face à un homme qui se croit supérieur ou qui dit du mal des femmes ou autres ou là j’ai une grande tendance à me révolter! J’ai vraiment pris conscience de cette inégalité quand je suis partie de ma petite campagne pour m’installer seule dans une ville que je ne connaissais pas. J’ai commencé à sortir seule dans la rue et je t’avoue que se faire siffler à longueur de journée ou bien recevoir des remarques au bout d’un moment y’en a marre. Donc je comprends entièrement ton point de vue mais je comprends aussi un peu celui des féministes extrémistes qui sont à bout. J’ai bien conscience que pas tous les hommes sont des salauds -et tu en es la preuve- mais dès fois je vois de ces atrocités sur les réseaux sociaux et j’entends des histoires de femmes qui se font violer ou agresser et franchement ça me fout en rogne! Je pense aussi que ce qui les fait réagir avec tant de violence c’est la peur puisque parfois certaines personnes ont tendance à réagir violemment tout simplement parce qu’elles sont terrifiées et donc c’est une manière de se donner du courage pour affronter les choses.
    De plus je tiens également à préciser qu’il y a aussi beaucoup d’hommes qui se font agresser par des femmes sauf que ça on en parle moins parce que c’est un sujet plus sensible mais surtout parce que les hommes n’osent pas en parler de peur de perdre toute virilité. Cependant je pense que si ces hommes parlaient, peut-être que ça permettrait de faire avancer les choses.
    J’espère vraiment de tout coeur que les choses évoluent et même si ça vous embête un peu à vous les hommes d’entendre parler tout le temps de féminisme (ce que je peux comprendre), je crois que malheureusement y’a que comme ça que les femmes réussiront à enfin se faire entendre et respecter.

    Aimé par 2 personnes

    1. Tu n’as absolument pas à avoir honte d’avoir eu une réaction violente si un homme s’est mal comporté, c’est totalement compréhensible et quelque part, ce n’est pas une mauvaise chose puisque tu as pu te faire entendre, et c’est vraiment important.

      De toute manière, la preuve est dans ton propos : tu n’as pas dit « tous les hommes » mais tu as utilisé le terme « beaucoup », ce qui signifie que tu ne fais d’amalgames ni de globalités ! Plus jeune (vers 18 ans), je me mettais en rogne (aaah la jeunesse) quand j’entendais des filles dirent : « de toute façon, les mecs, c’est tous les mêmes », parce que je me sentais pas appartenir à un groupe de mecs où figureraient des violeurs, des mecs violents, des machos & co. Puis avec le temps, j’ai bien vu que les hommes font la même chose avec le fameux : « les meufs, c’est toutes des putes ».
      Du coup, je me suis rendu de quelque chose : on s’aime, mais on se déchire. Au lieu d’essayer d’avancer ensemble, certains personnes trouvent plus judicieux de se faire la guerre entre sexe. Pire, certains groupes, qui ont pourtant les mêmes objectifs, se rejettent entre eux (cf. Les Femens qui rejettent les féministes dite « modérée »).

      Les femmes doivent pouvoir parler, pouvoir se faire entendre et surtout se faire respecter, c’est tellement important à mes yeux. Nous les hommes, nous devons écouter, laisser les interlocutrices parler et apprendre à respecter. Ainsi, de cette manière, le radicalisme pourra disparaître puisqu’il n’aura plus raison d’exister et on pourra avancer ensemble. C’est peut-être un poil Bisounours, mais c’est mon souhait !

      Aimé par 1 personne

      1. Je suis tout à fait d’accord! Go te présenter aux présidentielles mdrr

        Plus sérieusement, j’ai des fois des tendances à faire des généralités (enfin surtout avant parce que maintenant j’ai eu la chance quand même de rencontrer des gars biens et intelligents) mais je pense qu’on fait tous des généralités et c’est très malheureux et surement un énorme problème qui fait qu’aujourd’hui notre société va mal (comme de dire que tous les musulmans sont des terroristes… NON!).
        Faut que tout le monde réussisse à trouver un juste milieu afin de cohabiter. Je crois que le problème c’est justement tous les gens qui sont trop dans l’extreme et qui du coup créent des ruptures entre les gens…

        Mais je suis quand même optimiste et j’ai vraiment l’impression que notre société et surtout notre génération sont en train de faire bousculer les choses!

        Aimé par 1 personne

    2. Dans les années 1975 1980, j’ai bien connu un violeur, et son nom, c’est Dominique Allorge, il a bénéficié d’au moins un article dans la rubrique des faits divers en région parisienne du journal Le Parisien.
      J’écris tout cela de mémoire, mais cela peut être facilement retrouvé dans nos archives, car cette affaire a été jugée et il a été condamné à 7 années de prison, ce qui est fort peu au regard de notre très forte intolérance de 2018.
      Ce jeune homme à l’époque avait 27 ans quand nous nous sommes connus. J’étais le trésorier de l’ASPTT Paris Parachutisme.
      Dominique était un grand garçon, qui avait de la classe physique. Il avait une motocyclette puissante. Nous avons fait au moins deux stages de parachutisme en France, un à Lyon et peut-être l’autre, c’était au Luc, das le Var.
      Il y avait des filles plutôt mignonnes dans la section parachutisme, et des filles qui auraient répondu favorablement à une invitation de sa part.
      En tout, 27 viols sous la menace d’un poignard, suivant les femmes qui rentraient chez elles. IL était Fonctionnaire PTT avec le grade de contrôleur, et travaillant à la direction du personnel de la direction des télécommunications d’île de France.
      Nous l’avions vu une fois arriver essoufflé à une de nos réunions du mercredi soir rue du chemin vert, dans un immeuble à usage de garages de la Poste.
      Une autre fois, je me souviens, il m’avait dit, me voyant soit en jean, soit en costume 2 ou 3 pièces, l’uniforme des télécoms de l’époque que j’étais une sorte de Docteur Jekill and mister Hide, ce qui était bien sûr son cas.

      Oui, les femmes peuvent avoir peur de quelqu’un qui lui suit dans le noir, et à juste titre, pour une agression sexuelle ou pour se faire arracher son sac.

      Lundi soir, à l’association des anciens élèves de l’ENA, je discutais avec deux anciennes plus âgées que moi, dans les 75 ans et qui me confirmaient qu’elles avaient peur, et qu’elles pressaient le pas quand elles entendaient un homme marcher derrière elles. Et pourtant, ce sont des femmes de pouvoir qui ont eu d’importantes responsabilités. Un homme âgé dans la rue pourra aussi avoir un sentiment de peur, mais moins souvent. Pour une femme, jeune ou vieille, ce sentiment peut être systématique, permanent, et cela, c’est intolérable. Je ne vois pour lutter contre cela qu’un appareil de sanctions répressions qui commence à se mettre en place.

      Aimé par 1 personne

  11. Salut, c’est bon cet article.
    Je crois que dans les jours à venir, les femmes seront totalement égales aux hommes. Le mal est qu’elles se sous-estiment eux-mêmes à croyant que l’homme est au dessus ! Dans certaines choses les hommes resterons toujours grand.
    Je m’excuse si je suis hors sujet. Mais je crois que nous sommes tous les mêmes, femme = homme

    Merci

    Aimé par 1 personne

  12. J’ai beaucoup aimé l’article, et je suis féministe ! Et je suis tout à fait d’accord le féministe extrême, comme les femen par exemple, nuit totalement au vrai féministe, qui veut l’égalité homme femme (pour faire simple). A cause d’eux le féminisme est pointé du doigt… mais comme tout ce qui est extrême… En bref, merci 🙂

    Aimé par 1 personne

  13. Eh bien en tout cas tu as fait couler de l’encre pour ainsi dire ! C’est un sujet tellement complexe et qui ne peut pas être traité à la va vite, donc c’est normal qu’il y ait beaucoup à en dire. Je te rejoins sur le côté contre productif de la démarche des femens. Je voudrais quand même dire que sur la photo, elles sont seins nus, aiselles épilées, et plutôt « bien gaulées » ==> elles respectent les critères masculins actuels de la beauté féminine. Ce que je trouve paradoxal c’est que ces femmes utilisent les codes d’objectivation du corps de la femme pour défendre la cause des femmes. Je ne sais pas si c’est clair.
    C’est courageux d’ouvrir le débat en tout cas.

    Aimé par 1 personne

    1. C’était le but, je voulais créer un débat, toujours dans le respect de l’autre bien entendu !

      Je suis totalement d’accord avec toi, je me faisais d’ailleurs la même réflexion que j’ai trouvé cette photo, ça m’a fait sourire !

      Merci beaucoup, c’est un plaisir !

      Aimé par 1 personne

  14. J’ai écrit ce billet il y a 9 ans, au sujet de la révolution féministe de 1993-2003, au Québec:
    https://steverequin.com/2009/05/10/la-revolution-feministe-de-93-2003/
    Au moins, l’une des conséquences positives de la chose, c’est que les femmes ne se font presque jamais harceler, parler, siffler dans la rue, au Québec. Chaque Européenne en visite ici ne manquait jamais de le souligner avec émerveillement.

    Aimé par 1 personne

  15. La sagesse se trouve toujours au milieu : il est vrai, autrefois les hommes ne l’avaient pas compris ou, aujourd’hui encore, dans quelques pays qui croient avoir tout cerné parce qu’ils se sont affiliés à des rassemblements qui idolâtrent ce qu’ils appellent dieu, ce n’est donc pas pour cela que nous ne pouvons pas penser que les évolutions ont amené beaucoup d’hommes à comprendre simplement que la femme est un être humain. Et ils sont nombreux chez nous ces hommes qui ont intégré cela. L’humanité devrait avoir deux objectifs dans ce secteur : (1) améliorer et démocratiser toujours plus cette idée de complémentarité et de partenariat ; (2) amener les régions retardataires partout dans le monde à aller vers cette perception des choses. Je vous remercie d’avoir fait ce travail qui peut rappeler à la gent féminine ces petites choses, la nécessité de cette complémentarité indispensable à l’épanouissement de nos sociétés.

    Aimé par 1 personne

  16. Une dame qui peut difficilement être taxée de féministe aveuglée par son combat avait déjà mis en garde dans son ouvrage « Fausse route » paru en 2003 aux éditions Odile Jacob des dérives engendrées par l’ultra féminisme. Que dire des crimes silencieux commis par des femmes, des mères, des soeurs sur leur compagnon, garçon, frère.
    A lire sur cette dernière thématique : Violence domestique : le grand lavage de cerveau, selon Erin Pizzey, https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/violence-domestique-le-grand-173606 .
    « La société doit accepter de changer le regard qu’elle porte sur les femmes et les mères en matière de violence. La violence n’est pas l’apanage d’un sexe ou d’une tranche d’âge, tout individu peut en effet être auteur de violence une fois dans sa vie à des échelles différentes. Reconnaître la violence commise par les femmes est une réelle nécessité dans la lutte contre la violence et sa transmission de génération en génération. »

    Aimé par 1 personne

    1. Très intéressant, je n’avais peu eu connaissance de ces livres et articles, j’étais trop jeune à cette époque, mais cela rentre totalement dans le cadre de ce sujet et c’est très enrichissant, je vais jeter un coup d’oeil à tout ça !

      Merci pour votre commentaire !

      J'aime

  17. Sujet sensible, traitement sensible et bien documenté. Au Québec, particulièrement après le « moi aussi », difficile d’en discuter. Les gauchistes se réservent le sujet, et hors de leur Eglise, point de salut. Depuis cet été, une vague de censure a déferlé sur la pensée.

    Aimé par 1 personne

  18. Nous sommes certainement pour l’instant dans une petite impasse, dans le dialogue, dans l’échange, mais c’est seulement une phase et je ne doute pas que nous en sortions. L’historique n’est guère flatteur au vu de la réalité concrète. C’est peut-être à chacun de nous, les hommes, de faire son ménage chez soi, bien sûr, de prendre en considération ce qui est fait ailleurs. Nous ne sommes pas encore sorti de cette phase :
    « Mais quelles horreurs ont pu faire tous ces hommes dominants sur nous les dominées ? »
    Certainement, des réponses peuvent venir, mais sans doute des femmes, en France par exemple d’une femme présidente de la CNIL qui ne s’en laisse pas compter. Je peux bien sûr me tromper, mais je la voyais hier et je me disais que les protections des humains sont également à la main des femmes et que les femmes peuvent faire et également mieux faire que les hommes dans la protection du genre humain.
    La CNIL est juste un exemple, mais je la vois heureusement évoluer.
    Jacques Toubon, un homme qui a certainement un peu trop aimé les belles femmes et qui a du avoir également un comportement masculin hautement répréhensible au regard de ces nouveaux points de vue nouveaux qui se répandent sur les réseaux sociaux agit dans le bon sens. la défense des droits de l’enfant, qui est un de ses thèmes importants ignore le genre.

    Aimé par 1 personne

  19. Bonjour,

    Merci pour cet article, il apporte beaucoup de vérité. Les femmes et les hommes sont complémentaires, on ne peut le nier. L’égalité femme/homme ne peut donc pas exister, comme je l’explique dans l’un de mes articles. En revanche c’est l’égalité des droits qui peut (et doit, selon la loi) exister. Il y a quelques cas de « féminisme extrême », mais peut-on réellement parler dans ces cas là de féminisme ? Ne serait-ce pas juste totalement autre chose ? Juste « violence envers les hommes » ? C’est d’ailleurs pour cela que je n’aime pas employer le mot féminisme : son essence même a été bafouée.

    Je suis convaincue de votre humanité et bienveillance avec cet article mais néanmoins une chose me chagrine. Plus que consciente que les hommes subissent aussi des violences dans notre société, je trouve vraiment dommage de toujours ramener l’attention sur les hommes lorsqu’on parle bel et bien de violences faites aux femmes. C’est une chose de plus en plus récurrente et je n’arrive pas à comprendre. Oui, il existe d’autres fléaux à combattre, mais pourquoi ne pas se concentrer sur les femmes lorsque l’on parle de féminisme ? C’est un peu comme si, lorsque l’on parle de la faim dans le monde, tout le monde se ramenait en disant « oui vous dénoncez la faim dans le monde et voulez apporter votre aide mais à cause de vous on passe à côté de la lutte contre l’obésité ». Nous avons aussi le droit de nous lever contre les violences faites aux hommes, mais c’est un autre combat. Ce qui est évident aujourd’hui, c’est que les femmes souffrent beaucoup plus que les hommes de la violence sexiste. Je ne nie pas que les hommes souffrent de ce système ! Mais ce système justement, nous l’avons tous créé. Pas seulement les hommes. A nous, tous ensemble, de le modifier. Alors, on peut généraliser le combat à la violence en général, mais est-ce que les choses avanceront plus vite ? D’ailleurs, tout comme le lien entre la faim dans le monde et l’obésité, lorsque l’on aura réussi à passer au delà du stéréotype patriarcal, alors le monde sera un peu plus conscient et pourra donc avancer vers la fin de cette division entre les hommes et les femmes. Chacun doit agir, à son échelle. En agissant contre la violence faite aux femmes et le sexisme ordinaire, on agit pour le bien être commun, car, avant d’être une femme ou un homme, nous sommes avant tout des Êtres humains.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour !

      Tout d’abord, merci pour votre commentaire, il est très intéressant !

      Concernant les violences que subissent les hommes, je suis désolé que vous l’ayez perçu comme cela ! En réalité, je voulais faire le rapprochement entre les dangers du féminisme radical et la violence, puisque cette dernière est son mode opératoire principal, et forcément, les hommes sont les cibles! Je ne voulais pas faire dans la victimisation ni dans la nombrilisme en rapportant cela aux hommes, j’en suis désolé si ça a été perçu ainsi !

      J'aime

      1. Je vous remercie beaucoup pour votre réponse !

        Je comprends bien ce que vous avez voulu exprimer dans cet article mais alors, d’après ce que vous avez répondu, à mon sens, associer le mot féminisme au mot radicalisme n’est pas correct. Parlons plutôt de radicalisme tout court. Qu’il soit à propos de religion, de politique, de couleur de peau, d’orientation sexuelle… Le radicalisme est dangereux et appelle à la violence. Le radicalisme, c’est tout.

        Par contre, vous pouvez très bien écrire un article sur les violences faites aux hommes, les conséquences du sexisme sur eux, leur oppression par ces valeurs patriarcales, et j’en passe. Ce serait génial, très juste et ferait avancer les choses dans le bon sens ! Car après tout, si les hommes souffrent de violences radicalistes liées à leur sexe, ne serait-ce pas, encore une fois, à cause de la pensée collective ? Cette pensée collective qui alimente le pouvoir de tous les êtres malintentionnés ? Si elle n’existait pas, alors personne n’aurait ce pouvoir. Hitler a-t-il réussi seul à exterminer tout ces pauvres gens ? Je vous invite à lire mon article sur le principe de l’égrégore 🙂 C’est en se tournant tous vers le réel problème que nous réussirons à le surmonter. Comme vous l’aurez compris, ce problème n’est ni les hommes, ni les femmes (pas même les radicalistes). En espérant que vous comprendrez le message que je veux faire passer, très bonne continuation !

        Aimé par 1 personne

      2. Tout le plaisir est pour moi !

        Je comprends votre vision des choses, il est clair que rabattre le problème sur l’homme ou la femme n’avance à rien, il faut se placer d’un point de vue « humain » pour faire avancer les choses, peu importe le sexe !

        C’est une très bonne idée, je vais mettre cette idée d’article dans ma petite liste et j’essayerai, à mon humble niveau, d’écrire un petit billet dessus !

        Je passerai voir votre article sur ce principe avec grand plaisir, je trouve cela intéressant et je suis sûr que cela peut faire avancer les choses !

        Merci, je vous souhaite aussi une bonne continuation !

        Aimé par 1 personne

  20. Merci beaucoup pour cet échange, je suis ravie d’avoir pu discuter avec vous ! Je vous conseille également le Ted Talk d’une victime et son violeur qui témoignent ensemble : Thordis Elva et Tom Stranger. On y trouve notamment une réflexion lourde de sens : « Mais comment pouvons nous comprendre que c’est la société qui produit cette violence si nous refusons d’admettre l’humanité de ceux qui la commettent ? ». Bon visionnage et merci encore !

    Aimé par 1 personne

  21. bonjour, comment vas tu? je suis tout à fait d’accord avec toi. etre féministe, ce n’est pas faire des manifestations violents seins nus dans la rue… (pour caricaturer) d’ailleurs le féminisme a pris une sacré connotation négative de nos jours à cause de ce coté radical. tout ce qui est extrémiste, quelque soit le domaine,e st dangereux. pourtant je suis une femme, je suis pour l’égalité homme-femme, mais ce n’est pas en répondant à la violence par la violence qu’on fera avancer les choses. un sujet délicat mais je salue ton initiative et partage ton point de vue. passe un bon mardi et à bientôt!

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour, bien et toi ?

      Tout d’abord, merci pour ton commentaire, ça me fait plaisir !

      Ensuite, je suis tout à fait d’accord et quelque part, cette connotation négative fait mal aux féministes lambdas qui effectuent un travail remarquable !

      Espérons que cela change avec le temps !

      J'aime

  22. Sur le féminisme :
    J’ai 40 ans et je n’ai personnellement jamais remarqué que les femmes étaient moins bien traitées en France que les hommes. Dans mon activité (les médias) les femmes étaient même une majorité sur les postes de direction (ce qui aurait valu une revendication masculine pour la parité). Dans mon entreprise les femmes avaient des enfants et s’absentaient pendant environ 2 ans. Quand elles revenaient, leurs collègues masculins avaient reçu des promotions ce qui expliquait parfois l’écart salarial dans la durée. Mais j’ai moi-même fait du recrutement et je n’ai embauché une femme a salaire inférieur pour le même poste. D’ailleurs je ne vois pas sur quel motif on le ferait et dans quel but.

    Sur les féministes radicaux :
    Les médias leur donnent une importance disproportionnée face a la réalité (mais ça fait de l’audience et ça nourrit la guerre des sexes dans les show-tv) car il s’agit d’une poignée d’hystériques qui ont surtout une frustration personnelle a régler. La plupart des femmes ont d’ailleurs un avis très négatif sur ces groupes.

    Aimé par 1 personne

    1. Votre commentaire est très intéressant, l’exemple de votre entreprise contrecarre pas mal d’exemples et c’est super !

      Comme vous l’avez très bien dit, l’écart de salaire n’a ni motif, ni but !

      Concernant les féministes radicaux, vous avez parfaitement illustré le problème. On vit dans une société qui vit pour le buzz…

      J'aime

    2. Bonjour Tobias,
      J’ai 66 ans et cela fait 26 années de plus. Ma mère a eu le droit de vote grâce au Général de Gaulle. Mes sœurs, à l’âge de 12 ans ou 13 ans se faisaient pincer les fesses dans le métro par des obsédés sexuels, qu’on les appelle comme on veut.
      Simplement, mes propres sœurs me l’ont dit, en ont parlé il y a quelques années seulement.
      Mon épouse est une femme d’expérience, et nous avons vu, comme tout le monde, une évocation de ce qui se serait passé dans un consulat d’un grand pays concernant un pays pétrolier. Actualité à suivre, donc.
      Moi, ce qui m’a intéressé, c’est la réaction de mon épouse :
      « Une femme, on l’aurait violé »
      « Peut-être qu’elle aurait été exécutée par la suite et qu’il aurait fallu faire disparaître son corps par un moyen quelconque.
      Les hommes ne sont pas tendres entre eux. Mais en ce qui concerne les rapports entre les hommes et les femmes, il s’ajoute une dimension supplémentaire d’oppression.
      Il ne faut pas nier la situation d’où nous venons, et il est nécessaire également de regarder ailleurs.

      Maintenant, c’est clair, il y a beaucoup d’expressions maladroites dans les revendications. Le droit européen évolue positivement sur l’égalité H/F.

      Aimé par 1 personne

  23. Je suis tout à fait d’accord… Moi aussi je trouve que le féminisme anti-hommes fait du tort au combat des femmes qui ne veulent que la reconnaissance et l’égalité, et même, risque de durcir le comportement de certains hommes qui se croiront sur la défensive. C’est une horrible dérive!!!

    Aimé par 1 personne

  24. Cet article a le mérite d’être constructif et bienveillant. Et je pense que tout extrême est nuisible, donc un féminisme qui le serait, ne ferait pas exception. Les extrême ont pour effet de ne rendre service à personne, à part, peut-être qu’ils assouvissent les envies et pulsions d’une minorité. Le féminisme vise une harmonie entre les hommes et les femmes, une complémentarité qui tienne compte des différences individuelles, car tous les hommes sont différents entres-eux et toutes les femmes également. Les différences inter-humaines sont une richesse et s’en rendre compte permettrait de rendre,meilleure, notre société.
    Je pense que seuls les ignorants trouvent juste que les femmes occupant les mêmes fonctions professionnelles que les hommes, reçoivent un salaire inférieur car on part du principe qu’elles tomberont enceintes (parfois ce n’est pas le cas) et qu’elle auront un congé etc.. Puisque l’ignorance s’élimine par l’instruction, ceux (hommes et femmes) qui se rendent compte de l’injustice d’une telle situation (et d’autres), par exemple, ont pour responsabilité d’expliquer, par la logique, pourquoi c’est injuste. Mettre au monde des enfants est une façon de participer à la construction de la société, tout comme le fait de les élever. Il se fait que la grossesse est un changement intense (que l’homme ne peut encore vivre) et durant les premiers mois de la vie d’un humain, les femmes ont ce rôle important de maintenir en vie. Parce que l’homme et la femme sont complémentaires, ils y gagneraient à se soutenir et à s’assurer du fait que l’un et l’autre aient les mêmes droits.

    Merci pour cet article!

    Bonne journée

    Aimé par 1 personne

  25. Bonjour ou bonsoir mon Ami AMIE TRES BELLE ARTICLE
    Je te souhaite plein de bonnes choses
    La beauté du silence
    La gloire de la lumière
    Le mystère de la pénombre
    La force de la flamme
    Le pouvoir de l’eau
    La douceur de l’air
    La force tranquille de la terre
    L’amour qui se trouve
    aux racines des choses
    Je te souhaite de passer une agréable journée
    Riche de joie et de bonheur et du soleil dans le cœur
    Reçois ce petit câlin……et ce bisou ce matin
    Et aussi ce soir
    Bonne journée et bonne soirée douce nuit
    BERNARD

    Aimé par 1 personne

  26. Bonjour Thomas, merci pour cet article qui devrait être lu dans les écoles dès le primaire car c’est à partir du plus jeun âge que l’on doit faire reculer la violence. Oui ces femmes féministes à l’extrême ne véhiculent dans leur propos que de la violence et cela ne permet pas de trouver des terrains de discussions. Or c’est avec la parole et des actions de sensibilisations que les femmes peuvent se faire entendre. Que l’on aille voir comment Gisèle Halimi et toutes les autres femmes des années 70 nous ont rendu un immense service que les féministes radicales sont en train de mettre à mal. Mais moi que fais-je pour que les choses changent ?

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour !

      Merci infiniment, ça me touche et je suis content que cet article plaise !

      Espérons que le féminisme radical ne détruise pas tout et qu’un jour la femme puisse être véritablement égal à l’homme dans tous les domaines !

      J'aime

  27. Bonjour Thomas, étant un être féminin mais « vieux » je suis en total harmonie avec ce que tu écris, trop c’est trop, l’extr^me n’est jamais bon, et vous, pauvres hommes , vous n’auriez plus le droit de nous dire votre admiration, quand c’est dit dans les formes « de la bienséance » (je pense qu’à mon vocabulaire tu va voir mon âge » ) et se faire siffler d’admiration par les garçons , de mon temps, nous mettait ,le coeur en joie, et puis ne disons nous pas  » l’homme propose, la femme dispose » mais c’était un autre temps…. bonne journée Amicalement MTH

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour !

      Merci beaucoup pour votre commentaire, ça me touche sincèrement et je suis content de voir que mon propos soit en adéquation avec de nombreuses personnes, surtout avec les femmes. Vous êtes aussi importantes que nous, vous devez être écoutés et surtout, le combat des féministes ne doit pas être détruit par l’extrémisme !

      Aimé par 1 personne

  28. C’est une évidence, j’ai toujours pensé que nous étions complémentaires, les hommes et les femmes, je sais que cela fait vieux jeu mais tant pis. La seule égalité que je ne conteste pas c’est  » à travail égal , salaire égal » l’humanité est faite d’hommes et de femmes et nous ne pouvons pas être égaux depuis la naissance puisque nous avons des sexes différents et qui à mon avis se complètent fort bien. Bonne soirée Amicalement MTH

    J'aime

  29. Bel article qui correspond assez bien à ce que je pense du sujet. L’égalité des sexes c’est, entre autres choses, à compétences égales, responsabilités égales et salaires égaux. Mais quand des hommes sont écartés de certains postes parce qu’il faut y mettre des femmes (pas forcément compétentes) pour respecter les quotas (sic), je ne pense pas non plus qu’on pratique l’égalité homme/femme.
    En le lisant, je faisais le lien avec une autre cause qui m’est sympathique, celle du bien-être animal. Je suis tout à fait d’accord pour empêcher les animaux de souffrir pour le « bien » des hommes, mais ces derniers temps, des extrémistes viennent casser tout le travail fait par les associations sérieuses en se livrant à des violences physiques, par exemple sur les boucheries.

    Aimé par 1 personne

    1. Alors là, je suis ravi de lire ton commentaire, car je partage ton avis en tout point. Comme tu le dis si bien, l’extrême détruit ce qui a été fait avant, et c’est tout aussi vrai pour le féminisme que pour les associations animales !

      Merci pour ton commentaire !

      J'aime

  30. Bel article qui illustre dans un premier temps le grand trou qu’il y a entre le féminisme et le féminisme radical. Je n’ai rien contre le féminisme mais alors quand il s’agit de l’extrémisme, je suis contre. Je ne cesse pas de le dire lorsque j’en ai la chance mais beaucoup de personnes ne comprennent pas malheureusement que c’est deux choses différentes.
    En tout cas, jolie article.

    Aimé par 1 personne

  31. Bonjour ou bonsoir
    Que le temps passe vite
    Il nous dépasse
    On voudrait parfois qu’il s’arête
    On ne peux le contrôler
    Ca ne sert à rien de le défier
    Le temps est là pour nous dire que l’on prends de l’âge
    Il nous reste qu’à l’accepter
    De profiter des beaux moments de la vie
    Et de vivre chaque instant présent
    Moi je profite de te dire
    Belle journée ou belle soirée
    Gros bisous , Bernard

    Aimé par 1 personne

  32. Je valide totalement cette réflexion et cette connerie de théorie du genre est encore plus extrême que le féminisme extrémiste.
    Je suis outrée qu’on ne fasse pas encore machine arrière. Je suis une femme et je trouve regrettable que l’on impose aux jeunes mères de reprendre le travail deux mois après avoir accouché; qu’on les incite à poser leur rejeton dans une crèche, qu’on les dépossède totalement de leur compétence innée à la mater-nité sous prétexte d’en faire « l’égal » des hommes.
    L’égalité des sexes c’est tous les sexes à la même longueur non?
    A force de nier les différences entre les hommes et les femmes (qui sont malgré tout ce qu’on peut nous faire croire physiologiques), on finit par tout mélanger. C’est fantastique que les femmes aient pu sortir de leur foyer et prendre du terrain en politique par exemple mais si personne ne les remplace à la maison alors c’est juste une charge supplémentaire sur leurs épaules et elles n’ont rien gagné au change. Quand on voit le nombre de gamins en perdition dans les rues, on se dit que le travail des femmes a certainement sa part de responsabilité.
    En tant que femme, j’ai l’impression de subir un peu les revers de cette « libération » extrême de la femme.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour votre commentaire, il est très intéressant et je n’avais pas étudié la question avec cette analyse, c’est très intéressant de voir que c’est en prônant les différences que l’on peut accéder à la véritable égalité !

      Personne ne devrait subir une idéologie !

      J'aime

  33. —Bonjour—mon Amie—–Ami
    Le Bonheur
    C’est une goutte de pluie
    Comme une fleur sous la pluie
    Le bonheur c’est une chanson
    Que l’on fredonne de mille façon
    Le bonheur  » C’est tout simplement  » L’ Amitié  »
    Je te souhaite une journée ou soirée et de belles choses à venir
    ————-bisous–BERNARD

    Aimé par 1 personne

  34. Merci beaucoup pour cet article, j’apprécie beaucoup les pensées à contre courant, dans notre société souvent guettée par la pensée unique. Et je me méfie de tous les extrémismes, depuis les plus évidents (islamisme) jusqu’aux moins reconnus (veganisme par exemple).

    Aimé par 1 personne

  35. Bonsoir Thomas, sympa ton article, merci pour tes visites sur mon site.
    Les luttes de pouvoir entre hommes et femmes sont inévitables et de toutes façon les manifestations sont pour moi une perte de temps !
    Je préfère étudier l’astrologie car grâce à elle, tu peux savoir les écueils inévitables dans toutes relations humaines et surtout si c’est préférable que tu évites certaines personnes car avec la tête de dragon en Cancer et la queue de dragon en Capricorne, il vaut mieux se tenir au courant car avec ces aspects certains risque sont accrus !
    Si tu veux en savoir plus tu peux calculer ton thème natal avec les liens sur mon site ou m’envoyer un mail ! Cordialement. Viviane.

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir, tout le plaisir est pour moi et je te remercie pour ton commentaire !

      C’est très intéressant, c’est une sorte de nouveau point de vue sur les relations, je n’y avais pas pensé, mais c’est totalement à prendre en compte !

      Merci, en voilà quelque chose d’intéressant, il faudrait que j’y songe !

      J'aime

      1. J’ai repéré un article sur Tik Tik et les pédophiles, je vais le partager sur Facebook et Twitter et LinkedIn j’ai IBM et INTERPOL qui s’intéressent à mon site internet et mon tirage du IY KING me parle du travail sur ce qui est corrompu en tant que tâche , l’aube d’un prochain article @+

        J'aime

  36. Je suis, par expérience familiale et par éducation, ouvert à la mixité. Le partage des tâches, la reconnaissances de la pertinence de bien des analyses féminines à propos du quotidien, l’intérêt d’un regard différent, partagé, abordant les mêmes questions et ayant autant de poids l’un que l’autre dans les débats, les décisions, les mises en oeuvre des projets retenus conjointement. Je suis par contre assez énervé lorsqu’on établit des règles de parités au nom du refus de discrimination sexuelle. Je m’explique: il est à mes yeux injuste, en matière de recrutement pour un poste à responsabilités, de le refuser à un homme parce l’égalité numérique exige une femme … et inversement ! Je trouve méprisant de nommer un homme, ou une femme, parce qu’il a le sexe qui est attendu pour le respect des parités. C’est vexant d’être choisi pour d’autres raisons que la reconnaissance des compétences. Plutôt que se me battre pour une parité H/F dans les différents lieux où je recrute des cadres, je me bats toujours pour que ce soit par équité, par reconnaissance de la valeur sans le filtre du sexe qu’une telle personne est choisie et mandatée ou non. Il y a encore du chemin à parcourir pour que l’égalité (qui n’en est pas une) des sexes laisse la place à l’équité et aux respects profonds des personnalités, toutes aussi importantes l’une que l’autre. Quant au féminisme radical, ce n’est, à mes yeux qu’une triste et profonde erreur populiste de notre époque!

    Aimé par 1 personne

    1. Alors là, je m’incline devant ce propos, je suis totalement d’accord et ce que je dis à mon entourage lorsqu’on parle d’égalité !

      L’égalité ne doit pas être entendu comme « parité », mais plutôt sous le terme que vous avez judicieusement utilisé, à savoir « l’équité » !

      Merci beaucoup pour votre commentaire !

      J'aime

    1. Supprimé ? Hahaha mais non, j’ai voulu répondre et comme un imbécile, j’ai appuyé sur « Indésirable » au lieu du bouton « approuver » ! C’est pas la première fois que ça m’arrive, grand malin que je suis…

      Merci, je vais aller voir tout de suite, ça a l’air tout à fait intéressant !

      J'aime

  37. Tout d’abord,je suis pour l’égalité des humains, je suis humaniste. Je ne comprend pas comment l’inégalité selon le sexe puisse exister, pour moi nos parties génitales sont un détail physique hors de notre contrôle comme pour la couleur des yeux. Il serait absurde de discriminer les gens selon la couleur des yeux, par exemple. Pour représenter l’égalité il serait plus juste de la représenter dans le terme utilisé avant tout, le mot « féministe » ne me paraît pas du tout représentatif de l’égalité homme-femme mais pour moi voudrait mettre la femme en avant.

    Ensuite, je vous dans les commentaires des femmes prôner leur liberté de choix de vie de femme au foyer et donc de dépendre financièrement de leur mari. Je suis contre toute forme de dépendance, qu’elle soit financière, affective ou liée à une substance. La dépendance nuit à la liberté, je trouve cela dommage de faire ce choix librement de diminuer sa liberté. À force de choisir de diminuer votre liberté, celles-ci va disparaître, et il faut espérer que le jour où vous voudriez retrouver votre entière liberté il vous en reste assez pour vous permettre de rendre cela possible sans trop de dommages ou de violence.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour votre commentaire, je le trouve très intéressant et je trouve votre définition du féminisme très pertinente !

      Concernant la dépendance, je pense que c’est une question de choix, certaines femmes préfèrent être indépendante tandis que d’autres n’y voient aucun inconvénient. Je pense que c’est surtout une question de vision sur ce point !

      J'aime

  38. C’est intéressant car le film « La pilule rouge » a été extrêmement critiqué par de nombreuses féministes (non extrémistes) pour son traitement simpliste et parfois mensonger du féminisme…

    Si on critique le féminisme pour ce qu’il ferait subir aux hommes, quid du patriarcat ? Notre conception ultra-genrée de notre société blesse les femmes sur de nombreux sujets que je ne traiterai pas ici mais également les hommes, prisonniers, comme les femmes, d’un rôle qu’ils n’ont pas choisi.
    Exemple tout simple : le suicide. La suicide est la première cause de mortalité chez les hommes de 15 à 44 ans. Et on peut difficilement blâmer le féminisme pour ça… La raison principale c’est que, dans notre société, exprimer ses sentiments, les montrer de quelque manière que ce soit c’est bien pour les femmes, qui sont de toute façon faibles et émotives, mais pas pour les hommes. Un home ça endure en silence, ça ne pleure pas, ça ne se plaint pas. Avec pour résultat que de nombreux hommes souffrent en silence et n’osent pas chercher de l’aide de peur d’être taxés de « faibles ». Jusqu’au jour où ils n’en peuvent plus et se tirent une balle de la tête.
    De la même manière, je me rappelle d’un article de Courrier Internationale qui parlait de l’augmentation importante du taux de suicide chez les patrons de PME après la crise de 2008. Dans ce pays encore très imprégné de machisme, l’homme est le centre de tout. C’est lui qui doit subvenir aux besoins de sa famille et qui est responsable de son entreprise et de sa place au sein de la société. S’il fait faillite, qu’il ne peut plus subvenir aux besoin de sa famille ou payer ses employés, il n’est plus un homme. Et pour beaucoup, c’est une honte qui ne s’efface qu’en se tuant.
    On voit bien ici que la pression mise par le patriarcat sur les épaules des hommes est folle et les blessent autant que nous.

    Au lieu d’insister sur le féminisme qui serait destructeur pour les hommes (honnêtement, peut-être à quelques exceptions près, je trouve cette idée ridicule), pourquoi ne pas montrer en quoi il leur est bénéfique ?
    Libérer les hommes de cette obligation qui leur ai faite d’être toujours fort et imperturbable et stoïque pour leur laisser exprimer librement leurs émotions sans jugement par-exemple. De la même façon, l’égalité salariale et la fin des discriminations à l’embauche bénéficiera bien sûr aux femmes, mais également aux hommes. Est-ce qu’on n’est pas plus serein quand on sait que le bien-être matériel de la famille ne repose pas sur nos seuls épaules ? Surtout dans le contexte économique actuel…

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour votre commentaire, il est ultra intéressant !

      Je ne savais pas que « Red Pill » avait été mal reçu, ce qui en soi n’est peut-être pas très étonnant vu qu’il va à contre-courant de tout ce qu’avait fait/dit Cassie Jaye auparavant !

      Votre propos est ultra pertinent et pourrait faire l’objet d’un article approfondi, car la question est épineuse, mais sacrément intéressante haha ! Cela démontre que quoi qu’on pense du féminisme, du patriarcat, de la discrimination ou encore de l’égalité des chances, le problème est bien plus profond : c’est le système et la façon de penser de notre société qui est à revoir. Et espérons que cela arrive vite !

      Aimé par 1 personne

    2. Bonjour,
      Il y a effectivement des cas que j’ai pu étudier dans un passé récent où l’entourage familial ou amical est impliqué pour une part dans le suicide d’une personne, que cela soit un homme ou une femme. Si le nombre de suicides effectifs est élevé autour d’une personne, qu’elle soit un homme ou une femme, il y a bien quelque chose à faire apparaître, mais qui ressort de pathologies lourdes.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s