Les dangers des réseaux sociaux (Instagram et Tik Tok), on en parle ?

Avant-propos : dans cet article, je ne vais pas parler de réseaux sociaux comme Facebook et Snapchat, je préfère me limiter à ceux qui ont le vent en poupe et qui font le plus parler d’eux ces derniers mois.

Et si les réseaux sociaux n’étaient plus synonyme de partage, mais plutôt d’exclusion et de dépression ? Et si les réseaux sociaux étaient devenus le lieu de la socialisation de tous les dangers ? Cela peut paraître invraisemblable les amis, pourtant ces questions méritent d’être posées. Décryptage.

My life is such a messpedophilie

Les réseaux sociaux sont-ils encore un lieu de partage et de bonheur ? Sans être catégorique, j’ai de véritables doutes. Alors que la part des utilisateurs d’Instagram qui ont entre 12 et 24 ans ne cesse d’augmenter, la Royal Society for Public Health (RSPH) a sorti un rapport le 19 mai 2017 dans lequel elle indique que ce réseau social (avec Snapchat) serait le pire en matière de bien-être et de santé mentale pour les jeunes, alors qu’en parallèle, en seulement 25 ans, le taux d’anxiété et de dépression chez la jeunesse a dangereusement bondi vers l’avant de 70% selon le Journal du Geek.

Mais comment une simple plateforme sur laquelle on partage des photos et vidéos peut-elle être aussi dangereuse pour les plus jeunes d’entre nous ? Les réponses ne sont pas bien difficiles à chercher : la course à celui ou celle qui aura le plus de likes, l’envie de rendre les autres envieux en se montrant dans les plus belles tenues et dans les plus beaux endroits ou encore le besoin de dévoiler à ses abonnés à quel point sa vie est superbe, en apparence bien entendu.

maxresdefault (8).jpg

Vous l’aurez compris, Instagram est une plateforme centrée sur l’image, ce qui peut engendrer un sentiment d’inadaptation, voir d’exclusion pour certains adolescents qui se cherchent et qui se façonnent une personnalité. C’est sans compter sur ceux qui sont plus préoccupés par ce que les autres pensent de leur vie virtuelle que par leurs obligations réelles ou du temps moyen passé sur les réseaux sociaux par jour (environ 1h30 selon Frenchweb.fr).

Et je ne vous parle même pas du fait qu’il y ait de la pornographie sur ce réseau social et qu’elle est très facile à trouver

portable-ado_5795439NC-Composite-InstaPorn2

Concernant Tik Tok, le problème est différent et certainement bien plus grave, comme le révèle L’ADN. Anciennement connu sous le nom de « Musical.ly« , Tik Tok est une application mobile de partage de vidéo et de réseautage social. Majoritairement, vous retrouvez de nombreux playbacks et danses en tout genre sur cette plateforme.

Application la plus téléchargée au monde sur Iphone en 2018 et très populaire auprès des jeunes, ce réseau social a pourtant de nombreuses failles concernant les protections des données de ses utilisateurs. Pire, cette application serait surtout un nid à pédophiles. Mais comment est-ce possible ?

tik-tok-appli-la-plus-telechargeepedophilie-martinique

Pour vous expliquez ce triste phénomène, je vais utiliser une vidéo du YouTubeur Le Roi des Rats qui a fait toute une vidéo à ce sujet, une vidéo que je vous conseille de regarder et que je vais mettre en dessous des deux paragraphes suivants.

Si, selon le règlement de Tik Tok, il faut avoir au moins 13 ans pour être un utilisateur de cette application, on peut facilement trouver des enfants de moins de 10 ans sur cette plateforme, par faute de surveillance (des parents, mais aussi de l’application elle-même). Or, vous en conviendrez, à cet âge-là, les enfants sont en pleine socialisation primaire et cherchent, de ce fait, à imiter leurs idoles, des idoles qui, comme je l’ai dit précédemment, vivent dans le culte de l’image.

Ainsi, il est très facile de trouver sur ce réseau social des enfants en tenues courtes et, forcément, c’est là que ça devient malsain puisque l’application ne protège pas correctement ses utilisateurs. Je vous laisse constater les résultats et dégâts dans cette vidéo.

Je pourrais dire encore beaucoup de choses au sujet d’Instagram et de Tik Tok, mais je ne souhaite pas rendre cet article barbant, je veux simplement prévenir plutôt que guérir, sans non plus déclarer la guerre aux réseaux sociaux. Mais si vous avez des enfants ou que vous êtes utilisateur(rice) de ces applications, posez-vous les bonnes questions avant qu’il ne soit trop tard, aussi bien pour votre santé mentale que pour celle des autres.

photo-1453574503519-1ae2536262ec

Si ce sujet vous interpelle, voici 2 livres intéressants que je vous propose : 

 

Tu as aimé cet article et tu veux m’aider à faire vivre ce site ? N’hésite pas à faire un petit don alors !

Malgré des milliers de vues par mois et un plan Premium sur WordPress, je n’ai récolté que quelques centimes après plusieurs mois de travail et de nombreuses heures passées derrière mon écran avec mon petit blog. Du coup, si tu as envie de m’aider à faire vivre ce site tout en me permettant de gagner un peu ma croûte avec, j’ai mis en place ce petit système de dons qui, bien entendu, n’est pas obligatoire. La bise !

€1,00

Publicités

52 commentaires sur “Les dangers des réseaux sociaux (Instagram et Tik Tok), on en parle ?

  1. Je viens juste de poster une photo sur instagram mdrrr Perso concernant Instagram je me fais pas trop d’illusion, je sais justement que c’est un monde d’illusions (le plus souvent), u monde du beau. Après c’est sur qu’il doit y avoir beaucoup de contenus inappropriés mais personnellement j’ignore, je bloque ou je signale. Maintenant concernant TikTok… Ils me soooouuuuuulent avec leur pub!!!!! Je la vois partout, vraiment j’en peux plus! Ça me rappelle qu’il y a peu on avait beaucoup de pubs de Musically, et là c’est pareil! C’est vraiment insupportable! Et de voir qu’en plus plein de YouTubeur en font la promotion ça m’énerve encore plus! Mais comme j’ai pas cette application, je savais pas toute cette histoire horrible que tu viens de révéler, de quoi me donner encore moins envie de l’installer haha!

    Aimé par 2 personnes

    1. Hahaha excellent !

      Tu as tout résumé, c’est un monde du « beau », du moins ce qu’on a envie de montrer, c’est bien triste…

      C’est clair, les publicités de cette application m’énerve tellement ! Hahaha je suis ravi de t’avoir appris ça alors !

      Aimé par 2 personnes

  2. Trés interessant ton article, merci. Je ne connais pas tiktok et ca donne vraiment pas envie (j avais apercu les pub quand meme mais jamais tentee). Depuis facebook je parle de reseaux antisociaux… Et instagram en effet le royaume de la compet malsaine, du paraitre, du fake… Il faudrait en effet plus avertir le jeune public que les reseaux sociaux c est comme les films…. Pas la realite.

    Aimé par 3 personnes

  3. Je suis déjà, comme souvent, entièrement d’accord avec ce que tu dis. J’ai (et d’autres ici probablement) eu la chance de grandir dans des années où pendant l’enfance, et au début de l’adolescence, la sociabilisation se passait dans le réel (si on exclue bien entendu MSN, qui à l’époque, n’était qu’une extension de ma vie sociale, puisque j’y allais, sous surveillance et restriction, uniquement pour retrouver mes camarades de classe). Aussi, « à cette époque » (cette formulation fait vieille ahah), il n’était pas nécessaire pour les jeunes de posséder à tout prix un téléphone ou encore un ordinateur personnel (du moins, dans mon cas, qui n’est pas une généralité évidemment).
    Le problème aujourd’hui, c’est que si un jeune ne possède pas tel ou tel appareil, ou encore tel ou tel réseau social, alors il est mis de côté, voire est la risée des autres.
    Puisque tu parles d’Instagram (je n’y suis pas et n’ai pas envie d’y être) le problème est aussi que beaucoup de jeunes adolescents voient leur corps changer, ou évoluer, et n’en sont pas contents. A cet âge-là, on complexe énormément, et voir toutes ces personnes parfaites peut donner un gros coup au moral et à l’estime de soi (pas que sur Instagram). Ils ont besoin de se comparer, toujours, d’avoir des sortes de « guides » et de modèles, et Instagram ne montre pas la réalité, je tiens à le préciser.
    Pour celles et ceux qui sont fiers de leur corps, adolescents ou non, le but est de le montrer, et d’être envié. C’est là qu’on en vient à ce que tu dis sur les personnes malsaines. Ils profitent de la naïveté des jeunes, de leur besoin de plaire, pour les flatter, puis parfois, les faire vivre un enfer.
    Je ne remettrais jamais en cause la surveillance et les efforts de certains parents pour éviter tout cela, car ça devient de plus en plus difficile. Et, soyons honnêtes, nous avons tous été jeunes et nous avons tous trouvé des moyens d’échapper à la vigilance de nos parents, que ce soit pour des choses anodines ou non.
    Les réseaux sociaux incitent les jeunes à se montrer pour être bien vus, et pour encore bien d’autres raisons qui sont nombreuses (je voudrais éviter un énorme pavé ahah). Ils peuvent se montrer terriblement cruels les uns envers les autres, poussant les plus démunis et fragiles, parfois, à l’irréparable. Mais là est encore un autre sujet…. La société, les standards de beauté, la malveillance, la perversion (des personnes peu recommandables), les effets de groupe, le manque de sécurité (dû parfois à la gestion des réseaux sociaux eux-mêmes) et tant d’autres choses pourraient être autrement… (Oui, je suis d’un naturel assez pessimiste ahah, je m’en excuse, ton article a attisé beaucoup de peine et de révolte en moi).
    Je ne saurais comment conclure ce commentaire brouillon, sinon par dire que le danger est partout, que la peur n’évite rien, mais qu’il est primordial d’essayer de garder tout cela sous contrôle et surveillance… Quitte à se fâcher avec nos enfants / proches.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci beaucoup tout d’abord, c’est toujours un plaisir de lire tes commentaires, c’est principalement pour ça que je tiens ce site, il y a rien de mieux que le partage !

      Je trouve que c’est ultra intéressant de voir comment les générations ont évolué avec la société, en parallèle. Comme tu l’as si bien dit, c’était très différent il y a encore quelques années, et ce n’était peut-être pas plus mal.

      Je suis tout comme toi, il y a de nombreuses choses qui me révoltent et qui me font mal au coeur, c’est ce pourquoi j’ai écris cet article, le but est d’aider et prévenir comme je peux !

      Espérons que les choses évoluent positivement !

      Aimé par 1 personne

      1. Ahah, merci à toi, j’écris rarement des commentaires aussi longs, hormis sur ton blog. J’ai parfois un peu peur de donner mon avis et je suis extrêmement réservée (même si les blogs me permettent d’échanger, de discuter et partager avec plus de facilités). Mais j’ai trouvé ce sujet d’actualité préoccupant, et c’est toujours bien de voir que certains font l’effort de prévenir et d’en parler, c’est important.
        Malheureusement (ou pas, pour certaines choses, bien entendu) il faut vivre avec son temps, évoluer (même si parfois cela peut ressembler à une régression, sur certains sujets) et se protéger comme on peut. Comme tu le dis, espérons, l’espoir est une bonne chose, et il n’y a pas que du négatif, heureusement, sur le net ! Il suffit d’en faire bon usage 🙂

        Aimé par 1 personne

  4. Tu as bien fait d’évoquer ce problème, je suis concerné au premier chef car dans mon travail je bosse avec des ados en situation de handicap qui se ruent sur ces réseaux sociaux qui leur permettent de dissimuler leurs difficultés et ainsi leur donnent l’impression d’être « normaux » (CF stigmates de Erwin Goffman). C’est très compliqué d’expliquer aux jeunes qu’ils doivent se protéger et encore plus de faire comprendre à leurs parents qu’ils doivent surveiller l’activité « online » de leurs enfants. Sur Internet comme ailleurs rien n’est gratuit, si on vous donne quelque chose c’est que c’est vous la marchandise. Les réseaux « sociaux » ne sont qu’une escroquerie pour soutirer des données personnelles sur les utilisateurs revendues à bon prix aux entreprises qui cherchent à cibler leurs clientèles.

    Aimé par 2 personnes

  5. La course aux like est un phénomène que l’on retrouve partout : perso, je n’ai pas envie d’entrer dans ce jeu, je préfère avoir moins d’abonnés mais qui sont intéressés.
    Pour Instagram, je n’y suis que depuis peu… j’avais un compte perso privé et je limitais mes interactions à mes amis. Sauf que j’ai opté pour la formule pro et j’ai associé ma page Facebook au compte.
    Je trouve que les gens sont plus réactifs dessus que sur FB ou le blog ce qui ne veut pas dire qu’ils sont intéressés non plus.
    Pour la jeunesse, je vois bien avec ma fille de 10 ans qui aime bien fureter sur YouTube, qu’elle parvient à visionner des trucs limites sur des sujets que je n’estime pas adapté (pas du porno hein ! ). Elle n’a pas de compte à elle, n’a aucun échange et ne laisse pas de commentaire. J’essaie d’être une maman vigilante mais la vérité, c’est que si l’on met trop d’interdit, ça peut devenir pire encore. Elle sait qu’elle ne doit pas effacer l’historique puisque c’est mon compte Google qui est utilisé pour le PC et la tablette. Bref. Pas question de lui faire un compte FB ou Instagram pour le moment, pas question qu’elle ait un téléphone, bien que la question puisse se poser au collège. Là encore, aucune obligation d’acheter le smartphone à la mode si c’est juste pour téléphoner aux parents en cas de problème. Elle râle mais elle sait que je ne lâcherai rien sur ce point.
    Mais enfants ou adultes, il y a un vrai problème de société : si tu ne cartonnes pas sur les réseaux, tu es un raté ! Peu importe qu’on veuille intégrer d’autres messages, c’est ce qui ressort le plus. Je me suis un poil éloignée du sujet. En tout cas, merci pour cet article. 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. C’est tout à fait louable, tout à ton honneur même, il faut prendre du plaisir avant tout, pas vouloir absolument être connu. C’est comme ça que je vois mon blog, je veux avant tout partager, peu importe le nombre d’abonnés !

      Merci pour ton commentaire, il est super intéressant ! Comme quoi, être parent est un véritable métier à temps plein !

      Merci beaucoup !

      Aimé par 1 personne

  6. Je n’utilise pas Tik Tok mais il est vrai que leurs pub à tout va c’est insupportable. C’est quand même triste de voir que malgré tous ce que peux engendrer un réseaux social quel qu’il soit, la plupart des gens continue de privilégier le virtuel aux réel.

    Aimé par 1 personne

      1. En effet et c’est pour ça qu’il est bon de le rappelé 😂 il faut savoir faire la part des choses entre virtuel et réel et surtout être toujours vigilant(e).

        Aimé par 1 personne

      1. Faut dire qu’il y a aussi beaucoup de parents qui n’eduquent pas leur progéniture… Je me suis mise au réseau juste pour ça! Pour savoir comment gérer et comprendre (un peu surveiller aussi, de loin) c’est super important. Si on les laissent se perdre sur la toile… c’est pire que la drogue.
        Elle a des copines de 10-12 qui sont déjà sur toutes ces plateforme, c’est triste.

        Aimé par 1 personne

  7. Bonjour, encore une fois un très bon article sur un sujet d’actualité, bravo!
    Même si on ne dispose pas de ces applications en particulier, les réseaux sociaux sont à la fois un énorme potentiel de vulgarisation d’informations et de partage (je ne parle pas de communication, car celle-ci n’est réellement possible qu’entre des personnes et non des avatars cachés derrière un écran), mais ce sont aussi en effet des générateurs de risques accrus pour les jeunes… et les moins jeunes! A cet égard, j’ai pensé à l’excellent livre paru en mai 2017 « Amour, emprise et manipulation sur internet » de Stéphanie Vigne, qui démonte les procédés des prédateurs sur les réels sociaux, généralement dans un but lucratif.
    Donc, l’essentiel est de se rappeler que l’application est et doit rester un outil qu’on se doit de contrôler, qu’il est nécessaire de rester prudent puisqu’on ne sait absolument pas qui est derrière le clavier, et que s’en éloigner de temps en temps pour revenir « in real life » et voir de vraies personnes, c’est très très bien aussi!!! 😊

    J'aime

  8. Tout ça est une question d’éducation, ma fille de 14 ans ne ressent pas le besoin d’aller sur des réseaux sociaux, toutes ses copines ont fb ou snapchat ou je ne sais quoi encore. Je suis sur insta car une copine m’a dit « c’est super et blabla » du coup j’y suis allée et quand j’ai vu que le concept était de mettre des photos, je me suis dit « why???  » quel est l’intérêt de mettre des photos quand on est particulier? j’ai mis des photos de mon blog, mais sincèrement je me suis lassé, c’est pas un vrai public qui se trouve sur insta, ce sont des gens en manque d’amour, qui ont se besoin d’être aimé, moi j’ai un mari, des enfants, le besoin d’être aimé, je l’avais ado, mais maintenant je l’ai plus car j’ai tout l’amour nécessaire, de ma famille, et mes amis.

    C’est marrant, les adultes que je cotois, mes amis ou des connaissance, arrivé vers 35/40 ans, font un tri sur facebook car quand ils sont dans la merde, personne de leur contact virtuel, ou rare sont ceux qui sont venu…
    ben oui, c’est pas la vie, et quand on approche d’un certain âge, on en a marre du virtuel on veut du vrai.

    Le soucis chez les jeunes d’aujourd’hui, c’set que les parents n’ont plus le temps, plus le temps de s’en occuper, donc crèche et nounous et fille aupair, ils ne sont plus présent pour eux, même pas le week end…
    Je le vois car je parle avec les jeunes amis ou non de mes enfants, et ils me disent « ah mais ma mère elle fait pas ça, ah mais ma mère veut pas que je cuisine, ah mais ma mère veut pas que je fasse ça » mais cependant les parents les laissent aller sur internet. Mes enfants ont un controle parental, ma fille va sur le net pour les devoirs ou ses création, et mon fils pour ses devoirs ou ses montages vidéo ou jeux vidéo.
    Je leur ai expliquer les danger d’internet, je leur ai dit que prendre des amis qu’on a jamais vu c’était prendre le risque d’avoir une personne mauvaise, ils ne veulent pas et ne ressentent pas ce besoin d’aller sur les réseaux sociaux .
    Mon fils lui ressent le besoin de faire partager son savoir, mais il a dix ans, donc il attendra quelques années encore, mais il ne ressent pas le besoin de se montrer, comme moi d’ailleurs.

    Aimez vos enfants, occupez vous en, parlez leur, sortez, promenez avec eux, et ce besoin de se montrer n’existera plus.

    Au fait, très jolie article!!!

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour le compliment, mais surtout pour votre commentaire, qui est ultra intéressant !

      Le fait de parler du besoin d’être aimé et du manque de partage entre parents et enfants est très pertinent, je rejoins totalement votre avis, il y a vraiment quelque chose à revoir sur cet aspect !

      J’ai 21 ans, j’ai une petite soeur qui a 10 ans de moins et vu que mes parents sont beaucoup avec elle, je la vois grandir différement et à part pour quelques vidéos YouTube, elle passe peu de temps sur Internet. Comme quoi, c’est une question d’occupation !

      Je souhaite bien entendu bonheur et prospérité à vous et à vos enfants !

      J'aime

  9. Bonsoir, j’ai vue cette vidéo il y a un moment déjà et je ne peux qu’être d’accord avec ce qui y est dit… Je trouve qu’il est de plus en plus difficile de protéger les enfants et les adolescents de ce genre de phénomène car ils sont en contact permanent avec ce monde virtuel (qui peut être source de richesse, mais aussi très dangereux si on y prends pas garde.) ! Auparavant, tout comme ma génération, les jeunes étaient confrontés aux moqueries, comparaisons avec leurs camarades… mais c’était fini une fois passé les portes de l’école/ d’une soirée, ils rentraient chez eux et pouvaient (normalement) souffler, penser à autre chose.
    Aujourd’hui, on ouvre notre téléphone et hop, photos parfaites de gens parfaits aux vies parfaites, concours de like et de j’aime, critiques gratuites et à chaud de troll… personne ne les avertis des dangers d’application comme tik tok par exemple, et la parole seule des parents pour leur dire « fais pas attention au regard des autres, il n’y a pas que ça qui compte dans la vie » ne suffit plus car elle est noignée par « l’influence virtuelle ».
    Bref, je pourrais écrire cent lignes sur le sujet qu’on aborde pas assez à l’école à mon goût… Merci pour cet article d’utilité publique ^.^

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à vous pour votre commentaire, il illustre parfaitement les dangers du virtuel sur notre réalité !

      Je suis tellement d’accord avec votre dernier point : il faut en parler à l’école dès le plus jeune âge pour comprendre les enjeux du virtuel !

      Aimé par 1 personne

  10. Je suis tout à fait d’accord avec toi , l’image que reflète les réseaux sociaux peuvent créer un certain manque d’estime de soi chez les plus jeune , qui ne savent pas distinguer le virtuel du réel , une éducation et sensibilisation d’utilisation des réseaux sociaux est nécessaire , surtout que le contenu peut ne pas être adapté au jeune utilisateur .

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire, nos deux avis se rejoignent totalement !

      Espérons que nous saurons mieux utiliser le virtuel, mais surtout prévenir les risques qu’il peut provoquer, surtout chez les plus jeunes d’entre nous !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s